Plage de La Baule : Nicolas Hulot tranche en faveur de Veolia, mécène de l’une de ses fondations

Depuis l’attribution de la gestion de la plage de La Baule au géant français des déchets et de l’eau, les commerçants dénoncent l’augmentation de la redevance. Nicolas Hulot a décidé toutefois de confirmer la concession de Veolia.

Le 23 août 2017, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot s’est dit opposé à la remise en cause de la concession de la plage de La Baule (Loire-Atlantique) à Veolia, en raison notamment des pénalités financières que cela impliquerait.

Or, en consultant le site de la Fondation pour la nature et l’homme (ex-Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme), créée précisément par l’ancien animateur et producteur télévisé, il apparaît que le géant français de la gestion de l’eau et des déchets figure parmi les mécènes. De quoi jeter un doute sur l’impartialité de la décision du ministre.

Capture d’écran du site fondation-nature-homme.org

Nicolas Hulot justifie toutefois le maintien de Veolia en mettant en avant les pénalités dont l’Etat devrait s’acquitter envers la multinationale si le contrat devait être rompu par la municipalité.

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
 La multinationale française (jadis Compagnie générale des eaux) a en effet obtenu la gestion de la plus grande plage d’Europe en décembre 2016 et ce pour 12 ans.

Résultat, le montant total demandé par la multinationale pour 35 sous-concessions louées à des restaurateurs ou exploitants de clubs de jeux ou sportifs. Selon ces derniers, cités par 20 Minutes Nantes, le montant demandé par Veolia devrait plus que doubler dans les quatre années à venir, passant de 380 000 euros à 805 000 euros. Quoi qu’on en dise, la gestion privée de l’environnement, envisagé comme une marchandise, a un prix.

Lu ici

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*