Plan B au Pds: Wade mise sur Boubacar Camara

Secrétaire général du ministère de la coopération internationale, de l’aménagement du territoire, des transports aériens, de l’énergie et des infrastructures, pendant trois bonnes années sous Karim Wade, l’ancien Directeur général des douanes serait sur le point d’être le candidat tant recherché par le pape du Sopi. Et Sonko est « ébloui » de cette perspective.
Accusé à tort dans l’affaire des faux bonds à enlever qui avait secoué la douane sénégalaise en 2004, il est finalement blanchi par la justice. On ironisait du chef d’inculpation de « faux bons à enlever » à « vraie femme à enlever. » Bref!
Son profil et sa connaissance des dossiers d’état font de cet inspecteur du trésor constitue une bonne carte pour un libéral de la trempe de Wade. Sur le plan politique, le lien avec le fils de Me Wade ne s’est jamais rompu.
Dans une parfaite discrétion, Boubacar Camara et Karim Wade ont travaillé sur toutes les éventualités. Et il est clair aujourd’hui que les libéraux, même s’ils continuent de jouer la comédie politique sur le maintien de la candidature du fils de Wade, savent que le probable remplaçant du Président Sall ne serait pas le fils de Wade.
Ce qui fait que dans cette logique, une importante déclaration de Wade est attendue. Et nos sources de révéler que ce sera « avant la date du 10 septembre », coïncidant avec le lancement de leur campagne de parrainage.
Sonko sur le point de rallier la coalition
Et dans cette recherche de candidat libéral, le jeune Sonko, défenestré de l’administration, serait sur le point de rallier cette grande coalition qui porterait la marque de l’ancien président.
Cette perspective, si elle arrive à se concrétiser, serait l’une des forces politiques capable de battre le candidat de Benno.
L’un jouissant d’une bonne réputation dans le corps des douanes, l’autre très apprécié par les fonctionnaires du Ministère de l’Economie et des Finances, en sus du courant de sympathie né après sa radiation de la fonction publique, sont autant d’atouts non négligeables.
Si l’on y ajoute l’aura intacte d’un Wade et son poids politique, le Président Sall aura fort à faire. Encore que l’autre « bête » politique fera mal au plan de la communication. Il s’agit d’Idrissa Seck dont la force du verbe peut dérouter plus d’un. Quid du rejet national de la radiation de Khalifa Sall !

In the Spotlight

Pourvoi en cassation : Khalifa Sall jugé le 20 décembre

by Seutou Lat Dior in Justice/Tribunal 0

L’ex-maire de Dakar Khalifa Sall, qui s’est pourvu en cassation, sera jugé le 20 décembre, à quatre jours de la clôture du dépôt des candidatures pour la prochaine présidentielleSelon L’AS, l’affaire a été enrôlée pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*