Pluie de bombes israéliennes sur la bande de Gaza

Après la mort d’un soldat israélien, l’État hébreu a attaqué près 70 cibles du Hamas dans la bande de Gaza tuant quatre Palestiniens. Une escalade qui s’est finalement soldée dans la nuit par un de cessez-le-feu entre les parties.

Les militaires de l’État hébreu ont attaqué près de 70 cibles du Hamas suite à la mort le 20 juillet d’un soldat israélien, a annoncé Tsahal dans la nuit du 20 au 21 juillet.

Contrairement aux attaques précédentes, cette fois, les Palestiniens n’ont pratiquement pas réagi aux bombardements israéliens, se limitant à trois tirs de missiles, dont deux ont été abattus par la DCA de l’État hébreux.

Selon son état-major, les chars, qui ont visé 68 positions du Hamas, ont «détruit une soixantaine de bâtiments ou d’infrastructures et d’importantes capacités militaires, ainsi que des moyens de commandement et de contrôle».

Cette escalade de violence a coûté la vie à quatre Palestiniens avant de se solder dans la nuit par un accord de cessez-le-feu entre les autorités israéliennes et le Hamas. Ces derniers se sont entendus pour faire le nécessaire en vue d’un retour au calme dans la bande de Gaza, a annoncé un porte-parole du mouvement islamiste.

«Avec les efforts de l’Égypte et des Nations Unies, il a été convenu de revenir au calme entre (Israël) et les mouvements palestiniens», a déclaré Faouzi Barhoum, interrogé par Reuters.

Ses propos n’ont pas été commentés côté israélien, mais une porte-parole de l’armée a indiqué qu’aucune activité militaire n’était signalée dans la bande de Gaza, ce que des habitants ont confirmé.

Un soldat israélien avait auparavant été tué par balles en bordure de la bande Gaza, où les frappes de Tsahal ont coûté la vie à trois membres du Hamas et à un civil, et ont fait 120 blessés. L’armée israélienne n’avait pas subi de pertes dans l’enclave palestinienne depuis les affrontements de 2014.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*