PLUS LOIN AVEC… Serigne Modou Guèye, leader du mouvement Bëgg sa reew : «J’ai combattu Wade sur tous les fronts… Je lui demande pardon»

Serigne Modou Guèye, leader du mouvement Bëgg sa reew
Serigne Modou Guèye, leader du mouvement Bëgg sa reew
Serigne Modou Guèye, leader du mouvement Bëgg sa reew

Il se met lui aussi à la mode «Je demande pardon à Wade», comme Barthélemy Dias. Serigne Modou Guèye se présente comme un ex-allié du candidat Macky Sall, devenu président de la République. Pour lui, le pays est bloqué par la coalition Benno bokk yaakaar qui a rempli sa mission : faire partir Abdoulaye Wade.

Comment analysez-vous la situation du pays ?

Ceux qui gèrent actuellement ne peuvent pas résoudre nos problèmes parce qu’une coalition ne peut pas construire un pays. Le seul combat de Benno bokk yaakaar était de bouter Wade hors du pouvoir. Donc, au lendemain du départ de Wade, elle devait être dissoute, étant donné que chacun des candidats de la coalition avait son programme à lui. S’ils gèrent ensemble, comme ils le disent, c’est sur la base de calculs politiques. Chacun cherche à étoffer ses rangs pour, demain, sortir et combattre le président de la République. Voilà pourquoi le pays est bloqué. Si les Sénégalais ont élu Macky Sall c’est pour qu’il y ait une rupture avec ce qui se faisait jusqu’ici. Mais le problème, c’est qu’il est avec des hommes qui sont là depuis 1960 et qui ne sont pas blancs comme neige. Des hommes politiques vomis et qu’il a recyclés dans le système.

Qui sont-ils ?

Je préfère taire leurs noms pour ne pas faire leur promotion. Nous avions voté pour des hommes d’Etat propres et à même de remettre le pays sur les rails en changeant les mentalités et les comportements. A ce rythme, ce sera toujours le statu quo. On ne doit pas se servir d’un pays, mais le servir. Mais depuis le régime de Abdou Diouf, toute personne élue pense d’abord à caser ses parents, sa famille, ses militants. Ils en profitent pour construire leurs maisons, se remplir les poches. A quand la fin de ce système ? Où va le Sénégal ? Personne n’entend plus les personnalités de la société civile, des soi-disant dirigeants d’organisations et de fondations qui, aujourd’hui, sont dans les sphères de l’Etat. Le Sénégal a besoin de références de la dimension de fervents patriotes comme Lamine Guèye et non des hommes inaccessibles et mus par leurs intérêts personnels. Regardez Dakar aujourd’hui et sa pénurie d’eau depuis plus de 10 jours. Le Président se permet de prendre l’avion, laissant son Peuple sans eau. C’est un manque de considération. Et aujourd’hui, personne ne peut dire à quand le retour de l’eau à Dakar. Même si, en toute objectivité, je trouve que cette panne est une volonté divine.

N’est-ce pas facile aussi comme argument d’invoquer la volonté divine pour une panne technique ?

Je dis que c’est une volonté divine, mais le Président ne devait pas voyager et laisser un Peuple avec sa soif. Ce régime ne peut pas apporter des solutions aux problèmes du pays.

Pourtant, vous revendiquez avoir soutenu le candidat Macky Sall dans l’opposition …

Je le revendique, c’est clair. Mais je n’aurais jamais pu imaginer que nous allions vivre une telle situation avec lui. Pourtant, Dieu sait que j’ai combattu Abdoulaye Wade sur tous les fronts. Lorsque nous soutenions Macky Sall, c’est grâce à son épouse. Personne, parmi ceux qui sont aujourd’hui aux côtés de la Première dame, n’a vécu ce que nous avons vécu avec elle. Je demande pardon à Abdoulaye Wade. Je vais poursuivre mon combat avec mon mouvement Bëgg sa reew en attendant d’avoir le récépissé puisque nous sommes dans un pays organisé. Je demande donc à tous ceux qui s’identifient à mes idéaux de venir me rejoindre. Je le fais avec désintéressement et conviction.

tndiaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*