Police: 5 directeurs nationaux visés

L’inspecteur général de police, Ousmane Sy, s’apprête à « secouer » le corps de la police. Comprenez qu’un vaste mouvement va avoir lieu dans les prochains jours. Pour dire, rares sont les commissariats, directions nationaux et régionaux qui seront épargnés. La police est secouée par un vent du renouveau qui marque l’arrivée d’Ousmane Sy depuis sa nomination en Août 2018. Il nous revient que le nouveau Directeur générale de la police nationale (Dgpn) prépare un grand un grand chamboulement. Depuis sa nomination, nous confie-t-on, l’Inspecteur général de la Police nationale Ousmane Sy n’a pas sacrifié au rituel de passage de ses prédécesseurs. Pourtant, ces corps ont pour habitude, dès l’installation d’un nouveau patron, de procéder à des affectations et réajustements. Mais, dans les prochains jours, il y aura un vaste mouvement à la police et plusieurs commissaires de police, chefs de brigade de recherches et commandants de brigade vont bouger. Si certains vont procéder tout simplement à un jeu de chaises musicales, en d’autres termes vont faire l’objet d’une permutation, d’autres par contre vont tout simplement rejoindre le grand frigo déjà branché pour les accueillir bien au frais. Ainsi, selon des sources proches logées au Ministère de l’Intérieur, le vaste chambardement tant attendu emportera cinq Directeurs nationaux, des Chefs de service régional de sécurité publique, des Directeurs régionaux des Renseignements généraux, des Commissaires centraux, des Commissaires urbains, des Commandants de Compagnie du Groupement mobile d’intervention (Gmi), ainsi que des Chefs de poste et de division. Par ailleurs, les mêmes sources informent également qu’un Dg adjoint sera nommé bien avant ce mouvement. Il nous revient d’ailleurs que c’est déjà la course vers les féticheurs et les marabouts de la part des concernés qui savent que c’est la logique du commandement pour le nouveau boss de la police de secouer le cocotier pour remobiliser les hommes et femmes placés sous ses ordres. Une affaire à suivre. Georges Emmanuel Ndiaye

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*