Politique : Assassinat programmé de Soro par le clan Ouattara

Publié le 5/03/19

mediapart.fr

Après les limogeages, les menaces, les écoutes téléphoniques de personnalités politiques et publiques, l’embauche de hackeurs informatiques russes et canadiens, l’agression de partisans pro-Soro, les meurtres de Soro Kognon et Lanciné Coulibaly, voilà que se peaufine maintenant, l’assassinat de Guillaume Kigbafori Soro. Les Justiciers du Net ont enquêté.

Depuis, un certain temps, des rumeurs persistantes faisaient écho d’un complot visant à éliminer l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro. Les Justiciers du Net ont donc décidé de mener une enquête qui les a dirigés vers des membres du gouvernement ivoirien, des membres de la famille du président Ouattara et deux individus, dont un certain Moussa « Def » Ouédraogo.

Moussa « Def » Ouédraogo, dont nous avons obtenu copie de sa pièce d’identité, est un mercenaire burkinabé réputé. C’est lui qui a été recruté par Bamory Ouattara, cousin de l’actuel président Alassane Ouattara pour assassiner Soro. Ce cousin, qui travaille dans une organisation internationale à Ouagadougou (Burkina Faso) et qui y vit, a pu compter sur la complicité de Yaya Ouattara ; un démobilisé et homme de main de Téné Birahima Ouattara, alias Photocopie, frère cadet du président ivoirien. 

Notons que dans son numéro 795 du 27 février 2019, La Lettre du Continent nous indiquait que bien que n’étant ni ministre de la Défense ni ministre de la Sécurité intérieure, Photocopie est désormais à la tête d’une nouvelle unité militaire, l’ULGB (Unité de Lutte contre le Grand Banditisme).

Nous apprenons également de source sûre, qu’en ce moment, 80% des efforts des Services secrets ivoiriens sont concentrés sur la personne de Soro. Dans notre article intitulé Comment Ouattara et la France violent la vie privée des citoyens ivoiriens, nous mentionnions que le gouvernement français avait donné du matériel informatique à la Côte d’Ivoire pour sa lutte contre le terrorisme. Malheureusement, celui-ci sert surtout à l’espionnage des hommes politiques ivoiriens.

D’ailleurs, Yaya Ouattara est un des éléments de la Coordination du renseignement de la Présidence de la République. Nous pouvons aisément conclure que bien plus que de simples rumeurs, il s’agit en effet d’un assassinat planifié, programmé et en cours d’exécution de Guillaume Soro.

Souvenons-nous qu’il y a quelques semaines, s’est achevée à Addis-Abeba, capitale éthiopienne, la 32e session ordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine (UA). Le sommet à peine clôturé, le président ivoirien, s’envolait pour la France. Durant ce court séjour, il a été reçu en audience par le président Emmanuel Macron, le vendredi 15 février 2019. Malgré la bonhomie affichée, le septuagénaire a eu du mal à masquer son agacement lorsque la Presse l’a interrogé au sujet de Guillaume Soro. Voilà pourquoi, durant son séjour parisien, Alassane Ouattara a rencontré des personnes pouvant l’aider à « casser du Soro », notamment de fidèles amis et supports de l’ex-Sergent-chef Ibrahim Coulibaly, dit IB.

De plus, lors d’un récent échange avec un de ses homologues, dont nous tairons le nom, le président Ouattara, s’est dit « inquiet du probable assassinat de Guillaume Soro par les siens », entendez par-là, les ex-chefs rebelles. Selon lui, ses services de renseignements lui auraient confié que ces derniers n’apprécieraient pas le rapprochement entre Soro et l’ex-président Henri Konan Bédié. Pour rappel, ces derniers ont, tous deux, refusé de faire partie du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP unifié), son nouveau parti.

Disons que depuis quelque temps, le torchon brûle entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro qui, sous les pressions répétées du chef de l’exécutif ivoirien, a dû démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale, le 8 février dernier.

Aujourd’hui, considéré comme un sérieux concurrent à la présidentielle de 2020, Guillaume Soro vient de mettre sur pied son Comité politique (CP). Un nouvel instrument qui permettra, selon son président, de faire de la Côte d’Ivoire une véritable démocratie et un État de droit. 

Attendons de voir ce que nous réservent les jours à venir en Côte d’Ivoire. D’ici là, faites-nous parvenir toutes les informations que vous détenez sur les sieurs Moussa « Def » Ouédraogo et Yaya Ouattara à l’adresse : alertelesjusticiersdunet@protonmail.com

Les Justiciers du Net

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*