Porokhane: Macky veut éviter tout ‘’incident diplomatique’’ avec Touba

Lors de la cérémonie officielle du Magal de Porokhane, le Ministre de l’Intérieur Aly Ngouye Ndiaye n’a pas manqué d’afficher la volonté du Président de la République de terminer les chantiers déjà entamés à Porokhane et promet de réaliser par la même occasion, tous les projets déjà ficelés.

Ces assurances, exprimées avec force concernent les infrastructures routières, la Salle de conférence, le Musée et la Bibliothèque Mame Diarra Bousso de Porokhane, entre autres chantiers cités. La volonté politique est clairement exprimée.

Il s’agit, pour le régime de Macky, de donner des assurances de fidélité à Touba et surtout de continuation de politiques déjà entamées en faveur de la ville Sainte, car, comme l’a dit le Ministre, ‘’tout ce que Macky Sall fait pour Touba, est un devoir’’.

En réalité, Macky veut éviter tout ‘’incident diplomatique’’ avec Touba. Car, depuis la tenue de la présidentielle le 24 février dernier où le vote-sanction mouride contre le candidat sortant était patent, c’est la première fois, à notre connaissance, qu’officiellement les autorités étatiques rencontrent celles de Touba.

C’est dire qu’il ne fallait pas rater une occasion aussi belle pour renouveler le pacte de fidélité envers la haute hiérarchie mouride qui n’a jamais été publiquement hostile à Macky à son régime. Mieux, après les propos prêtés au DG Moussa Diop, il fallait saisir l’occasion pour un discours clair et sans ambiguïté sur les intentions du gouvernement envers Touba et environnants.

Et c’est chose faite. Car, depuis son arrivée au pouvoir, Macky s’est inscrit dans une dynamique d’établir de bons rapports avec toutes les couches religieuses du pays. Il a entamé un programme ambitieux de modernisation des cités religieuses avec beaucoup d’actes posés dans ce sens. Touba n’a pas été en reste, loin de là.

L’autoroute Ila Touba a été la clef de voute de ses investissements dirigés vers la capitale mouride. Mais, malheureusement pour lui, les fidèles ont été peu convaincus et ont largement voté contre lui. Il est difficile alors de comprendre cette hostilité du vote mouride envers Macky y compris par l’intéressé lui-même.

Car tous les scenarii avaient été tentés y compris l’embrigadement de chefs religieux influents. Mais la mayonnaise n’a pas pris. Alors, le Gouvernement ne veut pas donner l’impression de sanctionner Touba à son tour. Car, il ne désespère pas, un jour, de renverser la tendance lors de prochaines élections.

Mais surtout, pour rien au monde, il ne souhaiterait donner l’image de faire des réalisations pour des raisons électoralistes. C’est pour cela que le Ministre a parlé de ‘’devoir’’ qui renvoie à la notion d’obligation qui s’impose à l’entité surtout étatique quelles que soient les circonstances.

Macky souhaite ainsi sauver les apparences et s’ériger en président de tous les Sénégalais. En clair, son désir est que le vote ne soit pas perçu comme religieux ou ethnique. Il est dans une dynamique de rassemblement. C’est là une démarche responsable qui doit être traduite en actes dans toutes les localités du pays.

Car, il nous semble que le même travail de relativisation des résultats du vote doit être tenté y compris dans des localités comme la Casamance naturelle où Ousmane Sonko a été largement plébiscité.

La présidentielle est derrière nous et il ne faudrait pas que les résultats déterminent l’attitude des autorités envers les citoyens. La liberté de choix guide le vote et personne ne peut faire l’unanimité.

Il est d’ailleurs important que le pouvoir travaille à décortiquer tous les votes hostiles qui n’ont pas pour seuls soubassement l’appartenance religieuse ou ethnique.

Ils traduisent souvent des frustrations enfuies ou exprimées et sont des sanctions de politiques dont la cohérence peut être douteuse. Assane Samb

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*