Pour Cheikh Tidiane Gadio, les dysfonctionnements notés sur le scrutin législatif du 30 juillet auraient créé des émeutes, si c’était dans d’autres pays

La mise en garde est formelle et porte les empreintes de l’ancien ministre des Affaires étrangères : si c’était dans d’autres pays en Afrique, ce qui s’est passé, le 30 juillet dernier, aurait suscité des émeutes, des soulèvements, a laissé entendre Cheikh Tidiane Gadio.

Qui ajoute qu’autant il urge de saluer la maturité du peuple sénégalais pour sa tenue et sa retenue, autant il est temps qu’on sache qu’il ne faut pas qu’on continue de tirer sur la corde.

Invité de l’émission Grand Jury sur la Rfm suivie par Actusen.com, l’ancien chef de la Diplomatie sénégalaise commentait, ainsi, la tenue du scrutin législatif du 30 juillet dernier. Qu’il qualifie de plus mal organisé de l’histoire du Sénégal.

Cheikh Tidiane Gadio : « Ces élections sont les plus mal organisées de l’histoire récente du Sénégal… »

Le leader de la coalition “Pôle alternatif/3e voie Senegaal dey dem”, Cheikh Tidiane Gadio, a apporté ses enseignements des législatives du 30 juillet dernier.

Dans les colonnes du journal l’Observateur, Gadio dénonce «l’exclusion de centaines de milliers d’électeurs» qui n’ont pas pu voter ainsi que le transfert des milliers d’électeurs vers d’autres centres de vote, sans notification. Et attestent, selon ses propos, des législatives qui sont «les élections les plus mal organisées de l’histoire récente du Sénégal ».

A cet effet, l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise souligne l’urgence d’”un audit consensuel du fichier électoral dans la perspective de 2019″, pour remédier à ces manquements, rapporte le journal. Car “le Sénégal mérite plus et mieux”, a t-il considéré.

Actusen.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*