Pour créance impayée: Serigne Mbacké Ndiaye et son épouse poursuivis pour 82 millions

8914498-14129844L’ancien ministre et porte-parole du Président Abdoulaye Wade avait, selon les infos du journal Le Quotidien, en compagnie de son épouse, contracté des créances dont le montant cumulé est de 82 millions de francs Cfa. Faute d’avoir respecté les délais de paiement, la banque a ouvert une procédure contentieuse.

L’ancien ministre, Serigne Mbacké Ndiaye, risque de traverser très bientôt, une mauvaise passe. La caisse nationale du crédit agricole du Sénégal (Cncas) lui réclame une créance de 82 millions de F Cfa, contractés à l’époque où il était au Conseil d’administration de la structure. Ce montant présente, à en croire le journal Le Quotidien, une somme cumulée d’une créance contractée avec son épouse. La structure financière reproche à M. Ndiaye de ne pas avoir respecté les échéances de paiement.

Malgré les mises en demeure, M. Serigne Mbacké Ndiaye et son épouse sont restés de marbre, et le service contentieux de la banque aurait décidé d’entamer les procédures judiciaires pour recouvrer ses fonds. Ce qui, si les choses devaient aller jusqu’à leur terme, pourrait s’avérer assez désastreux pour l’ancien Pca et son image.
En effet, le journal indique que des personnes bien placées dans la Cncas soulignent que les règles de la banque interdisent aux membres de Conseil d’administration ainsi qu’à leurs proches de bénéficier de prêts de la structure. Le fait que Serigne Mbacké Ndiaye et son épouse aient pu obtenir leurs prêts en dépit de cette règle est déjà une anomalie qui vient s’ajouter à leur résistance à s’acquitter de leurs dettes. Ce qui pourrait entraîner des conséquences pénales.

L’épouse de Serigne Mbacké Ndiaye a obtenu 62 millions de la banque, quand son mari en recevait 20, ce qui fait un total de 82 millions, informe je journal.

Interpellé sur la situation, M. Ndiaye reconnait la créance en la justifiant par des besoins d’aménagement de sa résidence. “J’ai contracté un prêt de 20 millions pour des modifications que je devais faire à mon domicile. J’ai fait déménager ma famille pour modifier ma maison”. Il dit avoir eu quelques difficultés à rembourser l’intégralité de la créance , mais, assure qu’il n’y a pour lui, pas d’enjeux et qu’il paiera ainsi que son épouse ; et il n’a pas, non plus, commenté sur la créance de cette dernière.

Toutefois, en bon politicien sénégalais, Serigne Mbacké Ndiaye subodore que le fait que l’information soit portée à la connaissance de la presse, en ce moment, ne le surprend pas. “On vous parle, aujourd’hui, de prêt bancaire, attendez-vous à ce qu’on vous parle d’autre choses dans les prochains jours”, dit-il avant de conclure : “Je suis heureux que l’on dise de moi que je dois de l’argent à une banque pour construire ma maison, et non pas que j’ai construit des immeubles à Dakar sans avoir contracté de prêt auprès d’une banque”. Quant à la direction de la Cncas, évoquant le secret bancaire, elle n’a pas souhaité commenter l’information, selon nos confrères du Quotidien.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*