Pourquoi la Côte d’Ivoire insiste pour maintenir le Sommet UA-UE à Abidjan

Le président ivoirien reçu par son homologue français en septembre dernier. D. R.

Par Houari Achouri – C’est la fin du suspense concernant la participation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) au Sommet Union africaine-Union européenne (UA-UE), prévu les 29 et 30 novembre 2017 à Abidjan (Côte d’Ivoire). Un communiqué du ministère sahraoui de l’Information a indiqué, samedi, que la RASD a reçu une invitation le 27 octobre de la part de la Commission de l’UA (bureau du Président), à l’instar de tous les pays membres.

Le communiqué du ministère sahraoui a précisé que cette invitation fait suite à une note de la Côte d’Ivoire adressée à tous les Etats membres de l’UA, sans exclusive, pour participer au 5e Sommet qu’abritera Abidjan. Tout cela est conforme à la décision du conseil exécutif de l’UA (conseil des ministres des Affaires étrangères) prise lors de la tenue de sa session extraordinaire le 16 octobre en cours à Addis-Abeba.

Mais l’agitation qui se passe à Abidjan incite à la vigilance, selon les observateurs. Ainsi, sous couvert d’une invitation du président Ouattara et soi-disant pour rendre compte au Parlement européen des avancées dans la préparation de ce Sommet, la visite de l’eurodéputée franco-marocaine Rachida Dati en Côte d’Ivoire sert à montrer que la question du transfert du Sommet à Addis-Abeba n’est pas d’actualité et que tout se déroule normalement. En même temps, le président ivoirien a effectué visite-éclair en Guinée (autre capitale de la Françafrique), pays qui assure la présidence en exercice de l’UA, pour obtenir son soutien pour le maintien du Sommet à Abidjan.  A cette occasion, le Président ivoirien a a promis que la Côte d’Ivoire prendra toutes les dispositions, de concert avec l’UA, afin que cet important événement se déroule bien.

Que va faire le Maroc, soutenu par la France ? Il est clair que la tournure que prennent les événements, à quelques jours de la tenue du Sommet, signifie l’échec des manœuvres du Makhzen et des pressions qu’il a exercées sur l’institution européenne – directement ou par le biais de pays européens qui lui sont favorables – afin d’exclure la RASD.

On se rappelle ce qui s’est passé à Maputo, au Mozambique, lors de la réunion ministérielle sur le développement de l’Afrique (Ticad-VI), en août dernier : la diplomatie marocaine avait cherché à empêcher la participation de la RASD ; elle a essuyé un cuisant et humiliant échec suite à la mobilisation des pays africains. C’est la même riposte que l’UA s’apprête à opposer au duo Paris-Rabat s’il venait à vouloir saborder le 5e Sommet UA-UE. Car la RASD est décidée, avec l’UA, à ne pas se laisser priver de sa participation à ce Sommet, comme c’est son droit au même titre que tous les Etats membres de l’Union. Le ministre des Affaires étrangères sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek, a averti que sans la RASD, «il n’y aura pas de Sommet entre Africains et Européens». La délocalisation du Sommet vers Addis-Abeba, siège de l’UA, reste une option ouverte en cas d’impasse liée aux manœuvres du Maroc et d’empêchement de la RASD d’y participer.

H. A.

algeriepatriotique.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*