Pourquoi les forces de défense sont encore épargnées par les audits de la Fonction publique

Les forces de défense et de sécurité non enregistrés lors des deux premières phases de l’audit physique et biométrique des agents force de l ordrede l’Etat ne sont pour le moment pas concernés par la décision du gouvernement de suspendre ou de domicilier au Trésor public les salaires des agents en situation d’irrégularité, a indiqué, samedi à Dakar, le directeur de la Fonction publique, Nouhou Demba Diallo.

« Les forces de défense et de sécurité (militaires, policiers, gendarmes) sont des fonctionnaires de l’Etat comme tout le monde. Elles doivent être auditées et elles sont dans le périmètre de l’audit. Cependant, elles sont soumises à une discipline », a-t-il déclaré.

Le directeur de la Fonction publique s’exprimait en marge d’un atelier de formation des membres des commissions spéciales chargées de traiter les pièces justificatives produites pour les agents de l’Etat dont les salaires sont domiciliés au Trésor public durant les mois de décembre 2013 et janvier 2014.

Nouhou Demba Diallo a fait observer qu’un militaire « ne peut pas se lever individuellement pour aller se faire auditer. Tout ça doit être organisé ». Il a précisé que son département est en train de travailler avec les responsables des ressources humaines des armées, de la gendarmerie et de la police pour « les auditer sans gêner leur organisation ou leur discipline ».

« Après l’audit, on va domicilier les salaires de ceux qu’on considère comme devant justifier leur situation entre les mois de janvier et de février », a révélé le directeur général de la Fonction publique.

APS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*