Poursuivie pour voie de fait, injures et menaces : Aïda Ndiongue devant le juge le 3 juin

Après avoir rejeté les exceptions soulevées par la défense, le juge  a fixé hier le procès de Aïda Ndiongue au 3 juin 2014. L’ex-sénatrice libérale devra répondre des délits présumés de voie de fait, injures et menaces au préjudice du patron de Csge Afrique.

L’ex-sénatrice libérale Aïda Ndiongue fera face au juge du Tribunal correctionnel le 3 juin 2014 pour répondre des délits présumés de voie de fait, injures et menaces de mort au préjudice de Khalifatoulaye Coulibaly, patron de l’entreprise Csge Afrique.
Les avocats de la responsable politique libérale voulaient lui éviter un procès en soulevant des exceptions. Mais, leur requête n’a pas eu l’effet escompté. En rendant hier sa décision, le juge a rejeté les exceptions soulevées par la défense de Aïda  Ndiongue qui a été extraite de sa cellule pour comparaître.

En fait, le 1er avril dernier, Me Mbaye Jacques Ndiaye avait soulevé deux exceptions de nullité. Pour l’avocat,  la citation a été libellée au nom de Aïda Ndiongue alors qu’à l’état civil, leur cliente se nomme Aïssatou Ndiongue.

En outre, disait Me Ndiaye, en remettant la citation, l’huissier n’avait pas trouvé l’ex-sénatrice chez elle. Aïda Ndiongue était déjà en détention à la Maison d’arrêt des femmes de Liberté 6 dans le cadre de son dossier relatif à une affaire de détournements de deniers publics. Selon la partie civile,  elle a bien signé en ce sens qu’il est bien mentionné dans la citation «accusé de réception».

Selon Me Ndiaye, elle n’allait pas comparaître n’eût été  son incarcération préventive. C’est pourquoi, il a sollicité la nullité de la procédure qui, d’après lui, ne répond pas aux normes de la loi. Le juge, qui avait mis l’affaire en délibéré jusqu’à hier a rejeté ces exceptions. Il a fixé la date des plaidoiries au 3 juin 2014.

Cette affaire, qui oppose Aïda Ndiongue à Khalifatoulaye Coulibaly remonte au 18 février 2013. Le patron de Csge Afrique accuse l’ex-sénatrice de l’avoir giflé lors de leur confrontation à la gendarmerie de Colobane.

  • Écrit par  Justin GOMIS

justin@lequotidien.sn

In the Spotlight

Tamkharite : le « Tong- tong », une alternative à la dèche

by Babacar Diop in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

150SHARESShareTweet A quelques heures de la Tamkharite, fête musulmane célébrant le dixième jour du nouvel an musulman, la vente de bœufs marche à merveille. C’est le constat fait au niveau du foirail des gros ruminants [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*