PREMIER ANNIVERSAIRE DE L’APR Les rats rallient le Macky

Le cadre enchanteur du King Fahd Palace Hôtel a accueilli, hier, «dans la sobriété», le cinquième anniversaire de la création de l’Alliance pour la République (Apr). C’était le 1er décembre de l’an de grâce, pardon de chienlit, 2008.loool

Entouré de ses plus proches collaborateurs, dont Alioune Badara Cissé et un certain Sitor Ndour, Macky Sall avait chauffé à blanc et mis sens dessus-dessous l’Hôtel Téranga devenu Pullman. Il n’était pas alors bon ton, disons politiquement correct, d’afficher quelque sympathie que ce fut pour «le banni de la République». Pour mémoire, celui qui est dépeint, depuis le soir du 25 mars 2012, sous les traits d’un «enfant prodige» était tout ce qu’il y a de plus infréquentable. Pour avoir vécu, en live, sa démission, au niveau de sa résidence «prise en location» à Fann Résidence, de «toutes ses fonctions» pour prendre date avec le Destin, votre serviteur contient mal sa colère -aujourd’hui que le vent de l’Histoire a tourné et que la «Seule Constante» d’antan s’est muée en «simple variable»-, quand il entend certains discours.

Venant, de surcroit, de la part de ceux qui étaient, en ces temps-là, les plus grands pourfendeurs de celui qui avait osé, sur fond de reddition des comptes avant la lettre, s’attaquer à la «toute puissance» de celui qui sera affublé, bien plus tard, du pseudonyme de «ministre du Ciel et de la Terre». Vous aurez, sans doute, imaginé Karim Wade qui croupit, par un de ces curieux hasards, en prison, dans le cadre de la traque dite aux biens mal acquis. Comme pour dire que «rien n’est figé». Ni dans le temps, encore moins dans l’espace. Tout cela pour déplorer la désinvolture, le manque de tact et «l’amnésie» avec lesquelles certaines valeurs cardinales sont piétinées sous nos tropiques. Elles ont pour noms : éthique, dignité, loyauté, constance et honnêteté. En effet, les Sénégalais auront constaté, groggy et amers, que beaucoup de nos compatriotes, surtout ceux qui se meuvent dans la classe politique, veulent les prendre, excusez-nous du terme, pour des demeurés. Ni plus, ni moins. Sinon, comment comprendre la subite «conversion» à la religion «marron-beige» de ces faucons qui ont entretenu, pendant toute la traversée du désert de l’homme des rêves de Marième Faye, l’animosité avec Me Abdoulaye Wade. Visiteurs du soir au Palais et habitués de Tamaro, ils racontaient, à longueur de journées, des bobards sur Idrissa Seck et Macky Sall. La preuve, ils ont été nombreux les proches de ces deux ex-Premiers ministres et N° 2 du Parti démocratique sénégalais (Pds) à avoir été promus, entre 2009 et 2012, à certains postes de responsabilités. Non sans avoir fait, au préalable, acte d’allégeance auprès du «Prince» Karim Wade. Mais, Realpolitik oblige, le chef de l’Etat est obligé, comme on peut le lui concéder, de «composer» avec cette race de politiciens dont les Sénégalais ne veulent plus.

Même si tout le monde n’est pas Ousmane Tanor Dieng, force est de reconnaître que l’image renvoyée par certains hommes politiques est loin d’être «clean». Surtout quand ils se plaisent, au nom d’un patriotisme de mauvais aloi, à pérorer qu’ils veulent «apporter leur expertise à la construction de la nation». Connu pour ses sorties excentriques, l’Honorable député Farba Ngom a, pour une fois, vu juste. Et pour cause. «Ceux qui s’attendent à ce que Benoo Bokk Yaakar s’éclate, parce qu’ils vont en tirer des dividendes, n’ont qu’à déchanter. Y en a qui étaient venus nous rejoindre.

A un moment donné, quand ils ont décidé de partir, on ne les a pas retenus. Car, Benno Bokk Yakaar est une coalition et non un parti. Ils sont partis mais Benno marche, car il n’y a pas de problème en notre sein. Je suis aussi pour que le Président retienne les leaders de «Macky 2012» qui étaient là quand il n’y avait pas beaucoup de monde. Même s’ils ne l’ont pas regretté, parce que beaucoup d’entre eux ont été casés dans des postes stratégiques (ministres conseillers, Pca, Dg…). Macky Sall doit les appeler et les aider de plus en plus», martèle, afin que nul n’en ignore, ce compagnon des années de braise du président de la République. Et, il sait de quoi il parle.

Papa Souleymane KANDJI

In the Spotlight

Les gros porteurs en grève à partir de ce lundi

by Babacar Diop in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Les gros porteurs entament à partir de ce lundi une grève sur toute l’étendue du territoire national. Gora Khouma et ses camarades fustigent ainsi la reculade de l’Etat du Sénégal dans l’application du règlement 14 de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*