Premier ministre contre Première dame : La guerre des musoor

Décidée à tout faire pour sauver son fauteuil, le Pre­mier ministre Mimi Touré a décidé d’introduire la Première dame Marième Faye Sall dans la bataille de l’opinion. Ce qui pourrait être une dualité au sommet entre Macky Sall et son chef du gouvernement tourne vers une guerre entre Premier ministre et Première Dame.

Toute la journée d’hier, des ru­meurs ont couru sur la détermination du Premier ministre Aminata Touré à s’accrocher à son fauteuil «primatorial».

Des rumeurs confortées par la sortie de certains de ses partisans de Grand Yoff, qui ont tenu un point de presse (voir par ailleurs), au cours duquel ils ont quasiment intimé au chef de l’Etat de laisser en place l’actuel chef du gouvernement, s’il voulait se donner une chance de l’emporter à la prochaine Prési­dentielle. Mais il semble que Aminata Touré ne se soit pas arrêtée là.

Il ressort des informations que Le Quotidien a obtenues hier, que le chef du gouvernement voudrait nourrir l’opinion avec l’idée d’une certaine rivalité entre elle et la Première Dame, Marième Faye Sall.

Cette dernière aurait reçu des émissaires de la part de Mme Touré, qui lui auraient dit, en substance, que Mimi Touré savait que c’est Ma­rième Faye qui pousserait son époux de Président à la faire partir. Et selon ces émissaires, cela est la suite des efforts engagés à Grand Yoff par la même épouse du chef de l’Etat, pour la faire perdre l’élection à Grand Yoff. Mais, ont dit ces émissaires, le Premier ministre était décidée à se battre et ne comptait pas se laisser faire !

Dans l’entourage de la Première Dame, on interprète cette sortie de Mimi Touré comme une autre forme de sa «tentative de victimisation», après sa défaite retentissante face à Taxawu Dakar de Khalifa Sall. Mimi Touré ferait, selon eux, le calcul que Macky Sall ne souhaiterait pas du tout qu’il soit dit dans l’opinion que s’il se débarrasse de son chef de gouvernement, cela serait à l’injonction de son épouse. Et pour éviter cela, le chef de l’Etat ne devrait pas hésiter à accorder un sursis à son Premier ministre.

Tout en déplorant cette attitude du chef du gouvernement, dont ils disent qu’elle a beaucoup choqué la première Dame, des proches de Marième Faye ont tenu à faire comprendre que Mimi Touré devrait chercher ailleurs les causes de son échec. Parmi eux, certains n’hésitent pas à rappeler que c’est par sa propre volonté que le Premier ministre avait décidé d’affronter Khalifa Sall à Grand Yoff, et que «jamais Mme Sall n’avait, en aucun moment, interféré dans ces décisions, dans un sens ou dans un autre».

Écrit par Mohamed GUEYE

mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*