Prenant le contre-pied de ses partisans : Macky tient à Benno

 En dépit des positions contradictoires, Macky Sall veut encore des alliés pour gouverner le pays. Mieux, le Président de l’Apr, parti qui soufflait hier ces cinq bougies, entend les engager dans une coalition plus large.

Galvanisé par ses militants venus se masser sous les tentes installées dans les jardins du King Fahd Palace, le président de l’Alliance de la République (Apr) a réaffirmé sa volonté de créer un «front élargi et uni pour gouverner le Sénégal». «Notre parti  est arrivé au pouvoir dans le cadre d’une vaste coalition (Benno bokk yakaar) que nous comptons élargir et renforcer. On ne peut pas gouverner sans un consensus durable», a-t-il réitéré hier lors de la célébration du cinquième anniversaire de son parti. Selon le chef de l’Etat, c’est de cette manière que ce pays pourrait relever les nombreux défis auxquels il fait face. Il a fait allusion à l’autosuffisance alimentaire, à l’éducation, à la santé, aux infrastructures et à  l’économie.

«D’ailleurs, les défis sont si colossaux qu’il n’est pas possible de les vaincre que dans le rassemblement et l’unité», a-t-il assumé. A titre d’exemple, Macky Sall regrette que le Sénégal rembourse à ses créanciers tous les mois, presque 57 milliards de francs Cfa. Par conséquent, il va continuer à se «concerter et consulter  toutes les  forces politiques, sociales et citoyennes du pays». Car estime-t-il, «autant on a hérité d’un déficit budgétaire, autant on a hérité d’un déficit de dialogue. Ce qui rend impératif la concertation,…»

C’est dans cette logique qu’il va engager son parti et ses alliés aux élections locales dans la mesure du possible. «Nous entendons aller aux Locales avec nos alliés si les bases l’acceptent. Si elles ne sont pas d’accord, cela ne devrait pas remettre en cause notre coalition», rassure Macky Sall.

Youssou Touré tire, Farba Ngom avertit

De toutes  les façons,  le  patron de l’Apr promet que ses alliés de Benno Bokk Yaakaar ne seront pas plus loyaux. «Tant qu’ils respectent leurs engagements, il n’y aura aucun problème de notre côté». Toutefois, les cris et les applaudissements d’approbation ont été de la même intensité lorsque Youssou Touré, en sa qualité de coordonnateur du Réseau des enseignants de l’Apr, a tiré à boulets rouges sur  ses camardes de parti, qui gèrent des directions ou des ministères, à cause de leur inaccessibilité.

«A la base, tout le monde se plaint que les responsables sont inaccessibles. Commençons à descendre sur terre et à aller vers les militants», a-t-il affirmé devant le parterre d’invités, de membres du gouvernement dont le ministre de l’Education Serigne Mbaye Thiam. A ce dernier, M. Touré  lance qu’il faut «réparer les injustices» dans la mesure où «il y a des camarades enseignants privés de salaire par le régime sortant depuis trois ans».

L’un de ses successeurs au micro, en l’occurrence la responsable des femmes de l’Apr, Marième Badiane a dû réduire ses ardeurs. Et pour cause, avant de lui céder le micro, l’un des maîtres de cérémonie, Farba Ngom, a fait des précisions aux allures d’avertissement. «Vous n’êtes pas choisie par un comité encore par un congrès pour diriger les femmes de l’Apr. Vous  ne l’êtes que grâce à la confiance du Président Macky Sall», souligne le député et non moins griot attitré du chef de l’Etat. Marième Badia­ne s’est adressée à l’assistance, tout en étant indifférente à  de tels propos.

Écrit par Birame FAYE

biramefaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*