Préservatifs Kiss : Amadou T. Wone dénonce une incitation à la fornication, à la luxure et à la sexualité précoce de jeunes gens

La grande propagande à laquelle se livre l’ONG Internationale DKT dans la vulgarisation des préservatifs de marque Kiss, au Sénégal, est une incitation  des jeunes à la fornication et à la sexualité précoce, dénonce Amadou Tidiane Wone, acteur de la société civile et ancien ministre de la Culture.

Invité  de la rédaction de SeneNews, ce mercredi, l’ancien ministre de la Culture et ancien ambassadeur du Sénégal au Canada, dénonce  «une campagne agressive destiné à promouvoir la fornication» de la part des promoteurs de  la marque de préservatif kiss. Cette communication n’a rien de celle qui s’inscrit dans la prévention des infections sexuellement transmissibles, d’après l’invité de SeneNews.

«Les préservatif Kiss ne font pas une campagne de communication sur les IST (infections sexuellement transmissibles, NDLR). Mais il s’agit d’une propagande. C’est une campagne agressive destinée à promouvoir la fornication. Ils incitent les jeunes à avoir des rapports sexuels précoces et cela va à l’encontre de nos valeurs et mœurs»,  s’indigne l’ancien ambassadeur.

Si les promoteurs sont capable de mettre des gouts de mangues, de  bananes dans leur produits, ils sont en mesure d’y mettre aussi des choses qui peuvent  rendre  moins productif l’homme si tant est que cette propagande s’inscrit dans le cadre d’une politique de limitation de naissance non avoué de l’Occident à travers certaines ONG.

Sachant que l’Afrique à une jeunesse dynamique, l’Occident s’est donné pour principale mission de la détourner de ses  préoccupations vitales. «On nous distrait pour qu’on ait des préoccupations ludiques», dit-il faisant  référence à l’acculturation remarquée chez certains Africains.

Pour Amadou Tidiane Wone, trente ans plus tôt, (Ndlr : sous le régime socialiste), il était impensable de voir une  publicité aussi agressive et ostentatoire. Parce qu’une certaine pudeur avait droit de cité dans le pays. «Tous ceux qui connaissent l’Afrique savent qu’on a une sexualité active. Mais depuis quand devrions nous mettre cela sur des panneaux et l’afficher ? », se demande-t-il.

Amadou Tidiane Wone fait partie des rares sénégalais qui dénonce cette campagne des préservatif kiss. Les chefs religieux, gardiens de la morale, de la sauvegarde des valeurs que du respect des mœurs, n’ont pas forcément l’information quant à cette propagande, croit savoir Amadou Tidiane Wone.

Ces guides religieux n’étant pas forcément francophones peuvent passer à côté de ces affiches publicitaires sans comprendre de quoi il s’agit. De fait, ils ne peuvent pas prendre leur responsabilité. Toutefois, des personnes qui entourent les guides religieux et qui sont au courant de ces pratique devraient les mettre au courant.

«Plusieurs dignitaire ne sont pas francophone. Mais ils ont autour d’eux des intellectuels qui devraient leur tenir au courant des faits sociaux qui sont en train de déstructurer notre société ».

Source SeneNews

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*