Présidant le Comité des Nations unies pour les Droits inaliénables du peuple palestinien : Le Sénégal invité à dénoncer l’Etat d’Israël

L’ambassade de l’Etat de Palestine demande au Sénégal, qui préside le Comité des Nations unies pour les Droits inaliénables du peuple palestinien, de «condamner et de tout mettre en œuvre pour arrêter ces actes barbares et la répression collective de grande ampleur dont est victime la population civile palestinienne depuis près de 3 semaines.»

Pour rappel, sous ce rapport, Abdou Salam Diallo, est le Président du Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien. Il a été réélu à la suite d’une marque de confiance renouvelée des Nations unies à l’endroit du Sénégal. 

Il avait même déclaré que la grave situation politique, sécuritaire et socioéconomique du Territoire palestinien occupé justifie, à suffisance, que l’attention de la communauté internationale demeure focalisée sur cette problématique non encore résolue.

Par le canal d’un communiqué, l’ambassade palestinienne au Sénégal a auparavant fermement condamné les bombardements meurtriers d’Israël sur la Bande de Gaza. Pour la représentation diplomatique, Israël a utilisé le contexte actuel, pour intensifier sa «campagne de violence contre la population civile», poursuivant par là même, «la punition collective du peuple palestinien.»

Le communiqué liste les dégâts causés : «L’Armée coloniale bombarde sauvagement depuis plusieurs jours la bande de Gaza, tuant femmes et enfants, détruisant maisons, infrastructures, institutions, hôpitaux et même des mosquées en ce mois sacré de Ramadan.» A ce jour, le bilan de la punition collective infligée, depuis le 13 juin, à la population civile palestinienne est «déjà très lourd». 

A Gaza, les chiffres renseignent à suffisance sur l’horreur. On dénombre depuis 2 jours, 44 morts et plus de 325 blessés. En Cisjordanie et à Jérusalem-Est, plus d’une dizaine de personnes sont tuées et des agressions multiples doublées d’emprisonnement sur les familles, les femmes, les adolescents et enfants sont perpétrées. Selon la représentation palestinienne : «De nombreux vols ont été commis par les forces d’occupation israéliennes, lors de leurs incursions. Ils ont procédé à des centaines d’incarcérations. Depuis le 13 juin, nous avons comptabilisés plus de 936 prisonniers. Soit désormais, plus de 6.100 prisonniers palestiniens, enfermés dans les geôles israéliennes.» 

Alors que ce tableau sommaire frise déjà l’horreur, l’ambassade palestinienne précise que de l’avis de Benyamin Netanyahou, «ce ne sont que des préliminaires. Il promet encore plus de sang et de larmes. Lui et son gouvernement poursuivent cette escalade tragique de la violence et des actes barbares commis par le terrorisme d’Etat israélien avec l’objectif constant de casser l’entente nationale palestinienne récemment réalisée et d’écarter pour longtemps toute solution politique.» 

Exigeant un arrêt immédiat des assassinats et des bombardements pour la liberté et l’indépendance de la Palestine, l’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal exige également, des pays et peuples frères d’Afrique, de la «Oumma» (communauté) islamique, ainsi que de l’ensemble de la Communauté internationale, une «condamnation sans équivoque et la prise de mesures urgentes pour arrêter l’agression barbare, et dans le même temps une protection internationale au peuple palestinien dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, et à Jérusalem-Est.»

Le peuple palestinien, juge le Premier ministre israélien Netanya­hu et son équipe «d’apprentis sorciers», responsables de l’ensemble des crimes commis par l’Armée coloniale d’Israël et les citoyens israéliens en raison de l’incitation au meurtre et à la vengeance aléatoire qu’ils ont encouragés. L’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal accuse Israël de crimes de guerre, «car cette dernière en ciblant les populations civiles palestiniennes, viole les Conventions de Genève, la Charte des Nations Unies et le droit international.» 

  • Écrit par  Arona BASSE

abasse@lequotidien.sn

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*