Présidentielle: La Justice donne des gages d’impartialité

Qu’est-ce qu’on n’a pas dit sur le pouvoir judiciaire ? Sur sa partialité, sur le fait qu’il tarde à être un véritable pouvoir et qu’il soit assujetti à l’Exécutif tout puissant dans notre système institutionnel et politique régi par un présidentialisme fort ? Pas plus tard qu’hier, l’avocat d’Assane Diouf, Me Ciré Clédor Ly, un ténor du bureau de Dakar, est revenu sur cette partialité à propos du dossier de son client pour lequel le verdict a été qualifié de ‘’politique’’, dans une large mesure. Qui plus est, le travail du Conseil constitutionnel sur la validation ou non des candidatures a été très mal apprécié et par les politiques et par la Société civile. Une fois de plus, la magistrature a été mise au banc des accusés dans des envolées parfois audacieuses qui dérangent surtout au niveau de l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS) dont le Président ne cesse justement d’émettre des mises en garde en direction de ses confrères. Qu’à cela ne tienne, le Premier Président de la Cour suprême, Mamadou Badio Camara, n’a pas manqué, hier, de donner de gages dans ce sens, au moment de la rentrée des Cours et tribunaux, un moment fort d’échanges et de réflexions entre le Judiciaire et l’Exécutif. Il a tenté de rassurer les Sénégalais sur le fait que la Justice saura résister à toutes les pressions, d’où qu’elles viennent. Néanmoins, les inquiétudes formulées par les citoyens à divers niveaux et en tout temps sont loin d’être infondées. Le sentiment qui se propage est que la Justice danse souvent le même tango que l’Exécutif, surtout quand le dossier est sensible. Nous ne comprenons pas si c’est la faute à l’organisation judiciaire elle-même ou si les autorités politiques trouvent des canaux de communication non-conventionnels avec les acteurs de la Justice. Toujours est-il qu’il y a déjà des choses à revoir dans l’organisation des procédures judiciaires. Le principe hiérarchique qui lie le Parquet au Ministère de la Justice pourrait être sinon supprimé, du moins réaménagé. Et je doute fort que nos Professeurs en droit n’aient pas réfléchi sur les modalités pratiques à y arriver. Car, dans tous les pays, il faut que la doctrine fasse évoluer la législation et la pratique. Et s’agissant des relations parfois ambiguës entre acteurs politiques et judiciaires, tout dépend, ici, des magistrats et de leurs conceptions de l’éthique. Comme du reste dans toutes les professions. Si quelqu’un ne veut pas indépendant, s’il prête le flanc, il est difficile de lui faire entendre raison. La réalité est que le corps des magistrats est composé de Sénégalais comme tous les autres enclins, aujourd’hui, à trouver dans l’engagement politique, le canal le plus parfait de réalisation de ses ambitions personnelles. C’est une nouvelle tendance dans notre société où aucun corps de métier n’est à l’abri. Depuis le Président Wade où les hommes politiques sont apparus comme une nouvelle forme de bourgeoisie fort argentée, les Sénégalais sont tombés sous le charme. Cela explique, largement, la propension de tous à vouloir ‘’s’engager’’. Et la magistrature n’est sans doute pas à l’abri. En tout état de cause, le Sénégal compte sur ses magistrats et son pouvoir judiciaire en général, pour arbitrer les relations en tous genres entre les citoyens. Il faudra alors à ces derniers une certaine dose de courage, de sacrifice même pour affronter la toute puissance d’un pouvoir politique prêt à casser quiconque l’empêche de réaliser ses ambitions. Même si les réformes de fond d’ordre structurel tardent à voir le jour, parce que ‘’le pouvoir des juges’’ fait peur, il n’en demeure pas moins vrai que la promesse de Badio Camara n’est pas irréalisable même si nous savons, en général, d’où viennent les vraies pressions. En gros, il appartient aux hommes et aux femmes qui portent les robes de créer les conditions idoines de l’exercice par la Justice de son pouvoir afin qu’aucun citoyen ne se sente lésé dans ses droits. Car il n’y a pas plus dangereux, dans un pays, que le sentiment d’injustice généralisé. Assane Samb

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*