Présidentielles : Vers une caution de 200 millions ?

Présidentielles : Vers une caution de 200 millions ?

Depuis la fin des élections législatives, le régime actuel réfléchit à la caution que les futurs candidats aux élections présidentielles devront verser. De manière unanime, les différents observateurs veulent une augmentation de la caution afin de limiter le nombre de candidats. «La réflexion va bientôt être entamée au niveau de la direction des élections et la caution sera largement revue à la hausse ».

Actuellement d’un montant de 50 millions de francs, la hausse observée lors des élections de 2012 n’avait pas empêché à plus d’une dizaine d’hommes politiques de se présenter à l’élection présidentielle qui a consacré l’avènement de Macky Sall au pouvoir. 

«Certains sont prêts à payer des sommes importantes pour devenir célèbre lors d’une élection présidentielle, quitte à laisser des dettes à la fin ». On a connu, en 2007, un candidat qui a emprunté 30 millions de francs pour se présenter à la présidentielle et qui a fui par la suite, laissant un de ses proches entre les mains de la justice.

Le cas de Alioune Petit Mbaye est encore frais dans les mémoires. L’homme s’était donné une mission et un destin présidentiel mettant des centaines de millions de francs dans une campagne perdue d’avance. Au finish, il se retrouve avec des ennuis financiers et accusé de détournement de plus d’un milliard à la compagnie saoudienne d’aviation, dont il était le comptable à l’agence de Dakar. Pire, la Sonatel le poursuit pour une centaine de millions de francs payés contre un combat de lutte qu’il n’a jamais tenu. Il est arrêté et incarcéré à la prison de Reubeuss. Bénéficiant d’une liberté provisoire, il est libéré et il prend la fuite pour la France. «Depuis lors, il ne peut plus revenir au Sénégal craignant d’être arrêté à tout moment au cas où il foulerait le territoire national ». C’est dire que le combat pour être président peut laisser des dégâts financiers énormes.

Pour 2019, «la caution sera sera minimum fixée entre 150 et 200 millions, les élections coûtent chères et il est temps que ceux qui veulent être président mettent sérieusement la main à la poche ». Les dernières élections législatives ont fait créer cet état de fait. «La direction des élections et le ministère de l’Intérieur vont prendre leurs responsabilités mais tout se fera dans le consensus ». En effet, tout se fera dans le consensus, mais l’Etat ne se fera pas à avoir. «Le problème pour les élections législatives, la caution avait baissé de 5 millions de francs CFA, on connait la suite. Cette fois-ci, l’autorité chargée d’organiser les élections va mettre un garde fou ».

Si les techniciens en charge des opérations électorales sont convaincues de la nécessité d’apporter des changements, la balle est dans le camp des politiques. «Si la caution prend une hausse spectaculaire, la classe politique, surtout l’opposition, pourrait crier au scandale et parler d’un coup de force du pouvoir ».

Mais une chose est sure. Rien ne sera plus comme avant. Pour avoir des élections bien organisées, le système électoral sénégalais doit être revu. «Et le versement d’une caution importante est la principale piste de réflexion pour empêcher une floraison de candidats qui ne font que rendre difficile le choix des électeurs ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*