Pression de l’Elysée: Alain Gibelin se réveille et parle une autre langue

French Alain Gibelin, director of public order and traffic at the Paris police prefecture, poses in March 8, 2013, at the headquarter. AFP PHOTO MIGUEL MEDINA / AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

L’homme vachement à l’écoute n’a pas compris la question qui lui était posée, bien qu’elle fut répétée à deux reprises dans le silence totale et bien que le co-rapporteur ait terminé la séance par les rappels de ses dires. Un coup de pression venant de l’Elysée est certain. Mais de qui se moque-t-on à la fin ?

Dans un courrier adressé à la présidente LaREM de la Commission des lois, Yaël Braun-Pivet, le directeur de l’ordre public auprès de la préfecture de police dit avoir mal compris la question qui lui était posée lundi lors de son audition devant la commission d’enquête parlementaire, et notamment les dates évoquées.

L’Élysée peut pousser un ouf de soulagement. Lors de son audition devant la commission d’enquête parlementaire de l’Assemblée nationale lundi soir, le directeur de l’ordre public et de la circulation auprès de la préfecture de police (DOPC), Alain Gibelin, a laissé entendre que l’Élysée avait menti sur la sanction infligée à Alexandre Benalla en mai dernier. Alors qu’il était sous serment, il a en effet certifié que l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron avait participé à des réunions préparatoires à des déplacements entre le 2 et le 18 mai, dates auxquelles il était censé avoir été suspendu par la présidence de la République. Contacté par Le Figaro après ces déclarations, l’Élysée a immédiatement apporté un «démenti formel», et affirmé qu’Alexandre Benalla n’avait «participé à aucune réunion durant sa période de suspension».

Parole contre parole, donc? Non, car selon nos informations, cette polémique devrait connaître une issue très prochaine, et plutôt en faveur de l’Élysée. Plusieurs sources bien informées au sein du groupe La République en marche (LaREM) indiquent en effet que le directeur de l’ordre public, Alain Gibelin, a rédigé une lettre à l’attention de Yaël Braun-Pivet, la présidente de la Commission des lois, qui préside actuellement la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla. Dans sa missive, Alain Gibelin revient sur ses déclarations de la veille et dit avoir mal compris la question qui lui était posée par Marine Le Pen: il affirme qu’il pensait que la présidente du Rassemblement national évoquait la période allant du 2 mai au 18 juillet, et non du 2 mai au 18 mai. Le courrier devrait être envoyé dans la journée.

Toujours selon nos informations, le patron des députés LaREM, Richard Ferrand, devrait évoquer ce rétropédalage lors de la réunion de groupe qui doit se tenir à huis clos ce mardi matin à l’Assemblée nationale. Le chef de file des députés marcheurs veut «faire un point musclé» pour rassurer ses troupes, et baser son argumentaire sur deux points. Après avoir rappelé que les agissements d’Alexandre Benalla sont inacceptables, il va s’inquiéter du «mensonge» qui est selon lui «entretenu» par plusieurs protagonistes de cette affaire. Le premier ministre Édouard Philippe, qui ne s’est pas exprimé sur la polémique depuis son passage sur le Tour de France la semaine dernière, a prévu d’assister à cette réunion. Il répondra ensuite publiquement à plusieurs interpellations de l’opposition lors des questions au gouvernement à 15 heures.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*