PREVENTION – Contre la disparition des pirogues en mer : Un système de géo-localisation proposé aux usagers

Dans le but de montrer la fiabilité de son système de géo-localisation en mer, dont l’objectif est de réduire les pertes en vies humaines dues à la disparition des pirogues de la pêche artisanale, la société espagnole Webvion a procédé à un test de ce dispositif hier à la plage de Soumbédioune.

L’objectif étant de montrer les avantages de ce système qui, installé dans une pirogue, permet de la localiser à tout moment et à tout lieu.

La firme espagnole Webvion a procédé hier, à la plage de Soumbédioune, à la présentation de son système de surveillance des pirogues de pêche artisanale. Ce système, appelé Smartvion, est un géo-localisateur par voie satellitaire des pirogues de pêche artisanale.

Ce dispositif vise à réduire les pertes en vies humaines. D’après le technicien de cette entreprise, Manuel Mateo, le Gps/Sat, qui sera installé dans ces pirogues, permettra de les localiser à tout moment et en tout lieu.

«Grâce à l’émission d’un signal sos en cas de difficultés, le système permet de détecter un objet sous l’eau. Ce Gps, alimenté par un système solaire, sera conservé dans une boîte étanche qui laisse apparaître uniquement le bouton sur lequel il faut appuyer en cas de détresse.

Il est combiné à un système d’alerte qui permet de signaler la limite des frontières, afin d’éviter tout risque de pénétrer dans les eaux maritimes d’un pays frontalier», a-t-il expliqué. 

A l’en croire, si ce dispositif est mis en œuvre, il va améliorer de façon sensible non seulement la supervision et la coordination avec les centres secondaires pour la localisation des embarcations en difficultés, mais aussi l’information en temps réel des secouristes. Selon lui, au-delà de ces avantages, «c’est un système très facile à maintenir, car il est autonome et n’a pas besoin de recharge».

Avec l’appui de la direction de la Protection et de la surveillance des pêches, cette entreprise est en train de mettre en place un prototype adéquat par rapport à la pêche artisanale sénégalaise. Selon le chef de la Division sécurité de la pêche artisanale de ladite direction, Adama Faye, cette phase test a été précédée de rencontres d’échanges sur les avantages que présente ce système avec les pêcheurs de Hann et de Yoff. A la question de savoir, si le Sénégal est prêt à adopter ce système, M. Faye soutient qu’ils attendent la fin de cette phase, qui se poursuit jusqu’au 23 juillet, pour continuer les discussions. 

  • Écrit par  Dieynaba KANE

dkane@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*