Prévention d’un coup d’État ? Kim « remplace » les hauts représentants militaires avant le sommet historique avec les États-Unis

Par Tyler Durden

Suggérant que certains partisans de la ligne dure du gouvernement nord-coréen restent opposés à la dénucléarisation, et ont peut-être même eu des ambitions de réforme politique en l’absence de Kim pendant une semaine, Yonhap et Reuters ont rapporté lundi matin que Kim Jong Un a retiré les trois principaux responsables militaires de leurs postes avant le sommet historique du 12 juin avec Trump à Singapour.

Bien qu’aucune raison spécifique n’ait été citée pour le « remplacement », il est possible que Kim ait pu s’inquiéter de ce que l’armée – qui détient un immense pouvoir dans la société nord-coréenne – organise un coup d’état en son absence dans une semaine à partir d’aujourd’hui.

Des rumeurs sur le départ des autorités ont été rapportées pour la première fois par un journal japonais lundi matin, et Reuters a rapporté plus tard que les rumeurs avaient été confirmées par un haut responsable américain.

Selon la source japonaise, les fonctionnaires ont été remplacés parce qu’ils « manquaient de souplesse dans leur façon de penser », ce qui indique que le réformateur Kim se met soudainement à purger les partisans de la ligne dure au sein de son gouvernement. On croit généralement que l’armée nord-coréenne s’opposerait à tout accord de dénucléarisation avec son ennemi juré de longue date.

Voici une répartition de qui remplace qui, avec l’aimable autorisation de Yonhap :

Non Kwang-Chol, premier vice-ministre du ministère des Forces armées populaires, remplacé Pak Yong-sik en tant que chef de la défense, alors que Ri Myong-su, le chef d’état-major de la KPA, a été remplacé par son adjoint, Ri Yong-gil, selon à la source.

Ces changements s’ajoutent au remplacement du général Kim Jong-gak par le général Kim Su-gil, en tant que directeur du Bureau politique général de l’Armée populaire coréenne. Le remplacement a été confirmé dans un rapport de presse de l’État nord-coréen le mois dernier.

Pendant ce temps, les médias d’Etat nord-coréens ont rapporté que Kim Su Gil avait remplacé Kim Jong Gak, mais étaient restés silencieux sur les autres changements de personnel. Reuters a ajouté que le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, s’est entretenu lundi avec Kang Kyung-hwa, son homologue sud-coréen, lors d’un appel téléphonique de 15 minutes, au cours duquel ils ont évoqué le prochain sommet.

Un haut responsable du renseignement cité par Yonhap a déclaré que les licenciements pourraient représenter un « changement générationnel », car Kim – l’un des plus jeunes chefs d’Etat du monde – cherche à installer des fonctionnaires plus jeunes et avant-gardistes qui partagent son désir de relancer l’économie moribonde du Nord, qui a été de plus en plus étouffée par les sanctions adoptées par les États-Unis et le Conseil de sécurité des Nations Unies.

De plus, ces licenciements permettront à Kim de mieux resserrer son emprise sur l’armée nord-coréenne. Un universitaire qui s’est entretenu avec Reuters a déclaré que Kim devra « mettre l’Armée populaire de Corée (KPA) dans une boîte et l’y maintenir » s’il veut vraiment donner suite à sa promesse de dénucléarisation.

« Si Kim Jong Un veut faire la paix avec les Etats-Unis et la Corée du Sud et se débarrasser d’au moins une partie du programme nucléaire, il devra mettre l’influence du KPA dans une boîte et l’y maintenir », a déclaré Ken Gause, directeur du Groupe des affaires internationales de l’ANC, un organisme de recherche et d’analyse à but non lucratif.

[…]

« Ce remaniement a mis en évidence les officiers qui peuvent le faire. Ils sont loyaux envers Kim Jong Un et personne d’autre. »

Un autre universitaire a dit que l’avenir du programme nucléaire du Nord était une  » question secondaire  » dans la décision de Kim d’ordonner le bouleversement militaire.

Étant donné le rôle secondaire de l’armée dans les programmes nucléaires et de missiles du Nord, il s’agit probablement davantage d’installer une cohorte de fonctionnaires encore plus jeunes et de confiance sur lesquels Kim Jong Un peut compter lorsqu’il sera confronté à diverses questions nationales et internationales, a déclaré Michael Madden, un expert de la Corée du Nord sur le site Web 38 North de l’Université Johns Hopkins.

« Les armes nucléaires sont une question secondaire, dit-il.

Ces mouvements sont probablement liés en partie à la volonté de Kim Jong Un de faire en sorte que les militaires jouent un plus grand rôle dans les projets d’infrastructures essentielles. Cela pourrait expliquer pourquoi le nouveau directeur du Bureau politique général de l’APC, le général d’armée Kim Su Gil, a accompagné Kim Jong Un lors d’un voyage d’orientation sur le terrain avec d’autres officiels, a indiqué M. Madden.

Kim Jong Un s’attend également à recevoir plus d’aide économique et d’investissements internationaux dans le cadre des pourparlers en cours et il veut empêcher la corruption qui a ravagé certains projets par le passé, a indiqué M. Madden.

Reuters a confirmé que les nouveaux chefs militaires sont beaucoup plus jeunes que leurs prédécesseurs.

Tous les fonctionnaires nouvellement promus sont plus jeunes que leurs prédécesseurs, y compris Ri Yong Gil, 63 ans, qui a 21 ans de moins que Ri Myong Su.

« Cela montre deux choses : la consolidation du pouvoir de Kim Jong Un en tant que seul dirigeant de la Corée du Nord et le renforcement de la coopération entre le parti du Nord et l’armée alors que le pays poursuit son développement économique », a déclaré Yang Moo-jin, professeur à l’Université d’études nord-coréennes à Séoul.

« Ils sont tous jeunes mais capables », a déclaré Yang.

Malgré leur jeunesse, les trois nouveaux fonctionnaires ont de l’expérience dans les affaires étrangères.

Les trois nouveaux responsables militaires ont au moins une certaine expérience d’interaction avec des délégations étrangères, un facteur essentiel car Kim cherche à organiser des rencontres avec les dirigeants des États-Unis, de Chine, de Russie et de Syrie.

« Ils forment ces gars-là parce qu’il va y avoir beaucoup d’interaction à l’étranger », a déclaré Madden. « Ils savent se tenir et ne pas trop s’enivrer pendant les fêtes … ils savent comment se comporter. »

Dans le passé, les grands bouleversements de l’armée nord-coréenne se sont accompagnés d’exécutions très médiatisées, Kim s’efforçant de purger sans pitié tout challenger potentiel de son pouvoir. Kim a déjà fait exécuter un oncle comme  » traître  » après que ce dernier ait prétendument  » avoué  » avoir planifié un coup d’État. En février dernier, Kim a exécuté cinq fonctionnaires à l’aide d’un canon antiaérien pour envoyer un message. [NDRL : C’est une information provenant de sources occidentales et sud-coréennes en pleine période de propagande anti Kim Jong Un]

Les dirigeants militaires nord-coréens soutiennent depuis longtemps que le programme d’armement nucléaire du pays est essentiel à la survie à long terme du régime, ce qui suggère que, tout comme les membres de l’État profond américain, certains hauts responsables coréens considèrent la détente initiée par Kim comme une erreur politique irrévocable. Les pourparlers entre les responsables américains et nord-coréens se sont poursuivis, mais ne font que  » ralentir les progrès « , selon une source américaine, car le rythme d’un éventuel accord de dénucléarisation reste un point de discorde.

 Source : https://www.zerohedge.com/news/2018-06-04/kim-replaces-top-3-military-officials-ahead-historic-us-summit

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*