PREVENTIONS DES INONDATIONS Mimi Touré satisfaite de l’avancement des travaux

canal_inondationsLe Premier ministre qui effectuait hier, lundi 19 mai, la première phase de la visite des travaux structurants de lutte contre les inondations dans la région de Dakar s’est réjouie de l’état d’avancement des chantiers. Lors de cette tournée, le Premier ministre a invité les familles dont les maisons sont sur le passage du canal à la responsabilité et à rejoindre le site Tawfekh.

«La visite est très satisfaisante. On verra une nette amélioration au niveau de la banlieue pour cet hivernage 2014». C’est sur cette note de satisfaction et d’espoir que le Premier ministre Aminata Touré a bouclé la première phase de la visite des travaux structurants de lutte contre les inondations dans la région de Dakar. Accompagnée de Khoudia Mbaye, ministre  de l’Urbanisme et de l’Habitat, Pape Diouf en charge de l’Hydraulique et de l’Assainissement et Khadim DIOP, ministre de la Restructuration et de l’Aménagement des Zones d’Inondation, Aminata Touré s’est rendu tour à tour à Grand Yoff, à la Station d’épuration des eaux usées de Cambéréne, Guinaw-Rails, Médina Gounass, Wakhinae Thiourour, Benne Baraque et Hafia. Sur place, la délégation dirigée par le Premier ministre a constaté l’état d’avancement des travaux des ouvrages de prévention des inondations enclenchés dans le cadre de la phase d’urgence 2012-2013 du plan décennal de lutte contre les inondations 2012-2022 et dont le coût global est estimé à 700 milliards.
Saluant ce travail effectué par ses collaborateurs, le Premier ministre qui a insisté à mainte reprise sur l’accélération des chantiers afin de soulager les populations pour cet hivernage, a déploré la relégation au second plan de ce problème des inondations par leurs prédécesseurs. «Le président a demandé au gouvernement de veiller à ce que les travaux de prévention des inondations s’accélèrent et qu’on puisse avoir un soulagement des populations pour cet hivernage.
C’est donc avec beaucoup de plaisir que je me suis rendu compte avec les ministres concernés que les travaux avancent de manière satisfaisante. Malheureusement, on est en train de rattraper un retard parce que toutes ces infrastructures auraient dû être faites, il y a dix, quinze ans. On s’est appesanti sur des travaux de luxe en oubliant justement ces travaux de base. Dans la banlieue vivent 2 millions de personnes», a souligné Mimi Touré à la fin de ce périple de prés cinq tours d’horloge.
Neuf familles bloquent les chantiers à Guinaw-Rails
Lancés depuis 2012, la plupart des ouvrages, constitués entre autres de canaux de connexion de différents bassins de captage d’eaux pluviales, des réseaux de drainage et des stations de pompage, la plupart des ouvrages sont à plus 95% d’exécution ou presque finis d’après les techniciens. La seule fausse note vient de Guinaw-Rails. Dans cette localité, les travaux de construction d’un canal de drainage des eaux pluviales dont le délai de réception est prévu avant l’hivernage de cette année sont aujourd’hui en léthargie.
Pour cause, certaines familles (neuf au total) dont les maisons se trouvent sur le point de passage de cet ouvrage destinés à soulager des milliers de personnes refusent de faire leurs bagages pour regagner Tawfekh ou l’Etat a mis à leur disposition des logements. La pomme de discorde porte sur la rupture de confiance avec l’Apix. Selon eux, l’Agence chargée de la promotion des investissements au Sénégal cherche seulement à les faire sortir de leurs maisons pour ensuite mettre le site à la disposition des promoteurs pour y réaliser des projets. Même situation rencontrée aussi à Hafia ou une famille bloque  la finalisation des travaux de réalisation d’une conduite.
Appel à la responsabilité
Face à cette situation aux conséquences énormes au regard des ressources financières déjà mises à contribution par l’Etat mais aussi au risque des inondations pour les milliers personnes vivant dans ces localités, le Premier ministre a appelé à la responsabilité. «Nous sommes allées à Médina Gounass, nous sommes à Yeumbeul Sud, nous étions Yeumbeul nord, nous avons faite toute la banlieue, Wakhinane Nimzatt, les travaux sont impressionnants, c’est vraiment un grand apport budgétaire que le chef de l’Etat a mis dans ces travaux.
Il faut donc qu’ils portent leurs fruits et il n’est pas possible que quelques familles les bloquent. On va devoir avancer». Soutenant que l’Etat a investi près de 105 milliards dans le cadre de ce programme qui a permis la construction de 1000 logements à Tawfekh pour accueillir les sinistrés, le Premier ministre a invité ces familles à retrouver la raison et à rejoindre ce site.
«L’Etat a investi d’énormes ressources à Tawfekh, l’école est disponible, le centre de santé le sera, les conditions de vie sont acceptables». Mimi Touré n’a pas aussi manqué de plaider pour une utilisation rationnelle des ouvrages réalisés. Invitant les populations à ne pas les transformer en dépotoirs d’ordures, Mimi Touré lance à l’endroit des jeunesses que:
«Il y a toute une éducation citoyenne que les jeunes doivent faire pour sauvegarder cet investissement. J’en appelle donc aux associations sportives et culturelles (Asc). C’est un investissement de 105 milliards, il faut qu’on y veille, qu’on l’entretienne, qu’on discute avec les gens en leur disant si vous y mettez des ordures, ça ne fonctionnera pas, l’eau ne va pas partir».
Pour la seconde et dernière étape de cette tournée, prévue aujourd’hui, le Premier ministre et sa délégation commenceront leur journée à CICES-Foire avant les étapes de Keur Massar et Keur Mbaye Fall. L’étape de Darourahmane et de la Cité Tawfekh Yaakaar sis à Rufisque clôturera cette visite.

Nando Cabral Gomis

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*