"Prière de vous tenir éloignée des affaires de notre Etat" Par Mamadou Sy Tounkara

tounkaraMadame la Première Dame, 

Le ministre Mbagnick Ndiaye a révélé que les ministres vous doivent leurs nominations dans le gouvernement de la République du Sénégal. Prière de nous rassurer que cela n’est pas vrai, que ce ministre s’est trompé ! Car si cela est avéré, ça serait une catastrophe absolue car la gestion d’un Etat digne de ce nom ne peut souffrir d’un tel amateurisme. L’Etat est sacré car il est le socle de notre vouloir-vivre commun et la garantie de notre sécurité, de notre économie et de nos différentes politiques. Bref, de notre vie.

Dans l’histoire, les Etats tombent en ruines dès qu’ils échoient entre des mains inexpertes comme les vôtres. La gestion de l’Etat n’est pas votre formation et vous n’en avez aucune compétence. Pourrions-nous vous demander, vous supplier même, avec tous les égards, honneurs et hommages dus à votre rang, de vous tenir éloignée des affaires de notre Etat ? 

Le ministre Mbagnick Ndiaye fait savoir, en outre, que vous les avez appuyés dans leur campagne politique avec des moulins à mil distribués aux populations pour avoir leurs votes. Avec quel argent avez-vous fait ces largesses ? Rassurez-nous que ce n’est pas votre « Fondation Servir le Sénégal » qui en est le bailleur, auquel cas cela pourrait ressembler à un détournement d’objectifs.

Votre fondation a comme objectifs déclarés l’aide aux démunis et nécessiteux et non le financement de campagnes politiciennes qui achètent des consciences. La loi sénégalaise condamne le détournement d’objectifs de fondation. Pourrions-nous vous demander, vous supplier même, avec tous les égards, honneurs et hommages dus à votre rang, de vous tenir éloignée de tout détournement d’objectifs de votre fondation ? 

Si vous avez autant d’influence qu’on le dit, utilisez-la à bon escient, loin des combines et des intrigues, en aidant votre mari à entrer dans l’Histoire par la grande porte. Le pouvoir, c’est pour l’histoire. Faire des réformes et des réalisations que les générations futures chanteront. A défaut, le pouvoir est un succulent nourricier mais, ô combien amer sevreur ! 

Veuillez agréer, Madame la Première Dame, l’expression de nos sentiments patriotiques. 

Mamadou Sy TOUNKARA, Présentateur de « Senegaal ca kanam »

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*