October 22, 2017
News Ticker

Primaire de la droite, en direct : suivez la journée de vote du premier tour

5034572_3_252e_primaire-a-droite-et-au-centre-bureau-de-vote_6e301be3b7ab3419bb25a331f4a57289LES FAITS

  • Le suspense est total après trois mois de campagne : sous haute surveillance, le premier tour de la primaire de la droite en vue de 2017 pour désigner deux finalistes s’est ouvert ce dimanche. 
 
  • Qui de François Fillon, Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé, le trio de tête des sondages, restera présent au second tour ? Les plus petits candidats Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Frédéric Poisson (chef du Parti Chrétien-Démocrate) ou Jean-François Copé peuvent-ils créer la surprise ? 
 
  • Environ 10 000 bureaux de votes, qui ont ouvert leurs portes à 8 heures en métropole et les refermeront à 19 h 00, vont accueillir un, deux, voire trois millions ou plus de citoyens français en âge de voter, disposés à verser 2 euros et à dire qu’ils partagent les “valeurs républicaines de la droite et du centre”. 
 
  • Principale inconnue de ce scrutin inédit à droite, l’ampleur de la mobilisation – associée au profil des participants – sera une des clé majeure du vote. Ce scrutin est une grande première pour la droite française, seuls la gauche et les écologistes ayant déjà organisé des primaires en leur sein. Il doit permettre de désigner son champion pour 2017, qui aura, selon les sondages actuels, de fortes chances de remporter la présidentielle dans un peu moins de six mois. 
 
  • Après la fermeture des bureaux, de premiers résultats seront communiqués vers 20 h 30. Le tableau plus affiné du vote, visible régulièrement sur le site internet primaire2016.org, ne sera pas connu avant le milieu de la soirée.
Notre correspondant Gilles Rof suit la journée de vote à Marseille : 
Ambiance paisible dans les bureaux des quartiers est de Marseille dans la matinée. Une participation qui s’échelonne, suivant les lieux de vote entre 2 et 5 % des inscrits de ce territoire dont les principaux élus, les députés Guy Teissier et Valerie Boyer, sont des soutiens de François Fillon.
“Nous n’avons quasiment pas eu de jeunes”, regrette Bruno Vialard, président du bureau de St-Loup. Dans d’autres bureaux, les générations sont plus mélangées comme à l’école de la Valentine, qui regroupe six des habituels centres électoraux, où une petite queue s’est formée des l’ouverture du scrutin. “Je vois beaucoup de mes habituels électeurs”, assure Sývie Carrega adjointe LR au maire de Marseille.
“Cette histoire d’électeurs de gauche qui vont venir, c’est bidon”, abonde la députée Valérie Boyer. La porte-parole de François Fillon s’inquiète elle plutôt des fraudes potentielles. “Je suis traumatisée par l’épisode de 2013 avec Copé” reconnaît-elle, pestant contre un délégué Juppé qui passe derrière la table des émargements. Pour que tout se passe bien, Mme Boyer assure qu’elle va faire distribuer sandwiches, café et papillotes à tous les délégués sur ses fonds personnels. “J’ai appris que les sarkozystes ne distribuaient des plateaux repas qu’à leurs représentants, grince-t-elle. Ça ne me serait jamais venu à l’idée de ne nourrir que les bénévoles qui soutiennent Fillon”.
Le Monde
Premières estimations de la participation à midi : 1, 138 million d’électeurs ont déjà voté dans 67,2% des bureaux, vient d’annoncer Thierry Solère, le président de la commission d’organisation de la primaire. 
Le Monde

Bonjour, et tout d’abord félicitations pour votre remarquable travail de couverture de cette primaire, je vous suis ici et sur Twitter. Est-ce que l’on peut estimer la participation en cours de journée, par exemple en comparant avec la primaire socialiste de 2011 ?

-Albert

Bonjour Albert, et merci pour votre suivi. Nous ne disposons pas encore d’estimations concernant la participation. Mais nous vous tiendrons bien sûr informé dans ce direct dès que nous en aurons.
La plupart de nos envoyés spéciaux sur le terrain font toutefois part d’une très forte affluence, avec des files d’attentes parfois très longues. 
A Béziers : 
 A Rennes : 
A Orléans :
 Le Monde
Les programmes des candidats “ouvrent la porte” à une victoire du FN, selon Jean-Marie Le Guen
Les programmes des candidats de droite, notamment celui de François Fillon, “ouvrent la porte” à une victoire du Front national en 2017, car les électeurs de gauche ne pourront jamais voter pour cette “purge libérale”, a affirmé dimanche matin le secrétaire d’Etat Jean-Marie Le Guen, invité du “Grand rendez-vous Europe1/Les Echos/iTélé”.
“Je le dis ici très solennellement, l’idée que Marine Le Pen automatiquement, mathématiquement sera battue au soir du 2e tour est une erreur fondamentale”, a ajouté ce socialiste proche de Manuel Valls, dans le sillage du premier ministre qui a jugé jeudi “possible” une victoire du FN en mai 2017.
Le Monde
Notre envoyé spécial Nicolas Legendre suit la journée de vote à Rennes : 
 Le Monde
Les sept candidats à la primaire de la droite ont tous voté ce matin : 
– Jean-François Copé à Meaux (Seine-et-Marne) ;
– François Fillon dans le 7e arrondissement de Paris ;
– Alain Juppé à Bordeaux ;
– Nathalie Kosciusko-Morizet dans le 14e arrondissement de Paris ;
– Bruno Le Maire à Evreux (Eure) ;
– Frédéric Poisson à Rambouillet (Yvelines) ;
– Nicolas Sarkozy dans le 16e arrondissement de Paris.
Le Monde
Du côté d’Orléans, où notre envoyée spéciale Elvire Camus se trouvait ce matin à l’école primaire André-Dessaux, c’est la confusion. Elle raconte : 
Pour la primaire de la droite, les listes électorales sont constituées par la fusion de listes issues de plusieurs bureaux. Ici, à l’école primaire André-Dessaux, à Orléans, deux bureaux sont installés avec deux listes distinctes. Mais ces listes ont été constituées à partir de huit listes au total. Or, dans le processus de regroupement des listes, plusieurs noms ont apparemment sauté au passage…
Ainsi, plusieurs électeurs (dix environ), se sont présentés dans le bureau de vote où ils sont censés voter mais n’étaient pas inscrits sur les listes constituées pour la primaire. Le président du bureau a donc contacté la Haute autorité qui a finalement autorisé ces électeurs à voter dans leur bureau de vote théorique à la condition qu’ils se présente avec leur carte l’électeur.
La carte d’électeur — qui n’était pas nécessaire pour voter à la primaire étant donné que les listes électorales sont différentes des listes « classiques » (vous suivez toujours ?) — prouve que l’électeur dont le nom a été oublié sur la liste de la primaire est bien dans le bon bureau. Il n’est pas possible de voter dans n’importe quel bureau : c’est bien uniquement dans son bureau théorique que l’on peut voter.
 Le Monde
On commence par prendre la direction de Viry-Châtillon, dans l’Essonne, où se trouve notre envoyée spéciale Louise Couvelaire. Elle raconte : 
Il est midi au bureau de vote de l’avenue de Bretagne, à Viry-Châtillon, situé dans un quartier plutôt classes moyennes, entre zones pavillonnaires et immeubles HLM. Plus de 140 personnes se sont déjà déplacées. Très peu de jeunes, la grande majorité a plus de 50 ans. Ici, à un peu plus de 2km de La Grande Borne, là où quatre policiers ont été attaqués au cocktail Molotov le 8 octobre dernier, ils sont nombreux à choisir Nicolas Sarkozy. “C’est lui le plus ferme” souligne Joël Clément, ancien policier de 66 ans.
Même s’il ne connaît pas trop son programme, avoue-t-il, l’ancien président gagne son vote grâce, également, à son “expérience d’homme d’État”. Une opinion que partage Ignacio Orlando, 51 ans, associé dans une entreprise d’import-export : “Sarko, c’est le seul qui a des couilles pour le dire vulgairement”. Pour sa fille de 27 ans, qui a toujours voté Sarko, les autres “sont trop mous”.
Les photos de Michaël Zumstein / Agence VU’ : 

Le Monde
Premier round à suspense pour choisir deux finalistes
  • Qui de François Fillon, Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé, le trio de tête des sondages, restera présent au second tour ? Les plus petits candidats Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Frédéric Poisson (chef du Parti Chrétien-Démocrate) ou Jean-François Copé peuvent-ils créer la surprise ?
  • Environ 10 000 bureaux de votes vont accueillir un, deux, voire trois millions ou plus de citoyens français en âge de voter, disposés à verser 2 euros et à dire qu’ils partagent les “valeurs républicaines de la droite et du centre”.
  • Principale inconnue de ce scrutin inédit à droite, l’ampleur de la mobilisation – associée au profil des participants – sera une des clé majeure du vote. Ce scrutin est une grande première pour la droite française, seuls la gauche et les écologistes ayant déjà organisé des primaires en leur sein. Il doit permettre de désigner son champion pour 2017, qui aura, selon les sondages actuels, de fortes chances de remporter la présidentielle dans un peu moins de six mois.
  • Après la fermeture des bureaux à 19 heures, de premiers résultats seront communiqués vers 20 h 30. Le tableau plus affiné du vote, visible régulièrement sur le site internet primaire2016.org, ne sera pas connu avant le milieu de la soirée.
Le Monde
La rédaction du Monde au cœur de ce premier tour
Notre rédaction est pleinement mobilisée pour couvrir la journée de vote et la soirée électorale, avec des envoyés spéciaux dans différents bureaux de vote et les journalistes du service politique répartis dans les différents QG des candidats et à la Haute autorité de la primaire.
Dans ce direct nous raconterons, décrypterons et analyserons l’événement minute par minute. Et nous tenterons de répondre à toutes vos questions.
En fin d’après-midi, Nicolas Chapuis, qui codirige le service politique, viendra répondre à vos questions dans un chat.
Le Monde
Bonjour et bienvenue à tous dans ce direct consacré au premier tour de la primaire à droite et du centre.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Close