PROCES DE KARIM WADE REACTIONS…REACTIONS… REACTIONS

pit_ibrahimaseneLa classe politique se prononce.

BABACAR GAYE, PORTE-PAROLE DU PDS – « Ce procès est inique et inacceptable »

«Personnellement, je n’attends pas grand chose du procès de Karim Wade. Même si j’aurais bien aimé continuer à faire confiance à la justice de mon pays pour plusieurs raisons. Dans cette affaire Etat du Sénégal-Karim Wade, il y a eu beaucoup de manquements, d’entorses pour la défense, et de vice de procédures et de forme.
Karim Wade a été gardé en prison pendant plus de six mois, alors que dans le cadre des enquêtes d’enrichissement illicite, l’instruction ne peut pas aller au-delà des six mois. C’est la loi. Et pourtant, pour un même patrimoine, pour une même personne, il y a eu deux mises en demeure.

On a vu comment le parquet spécial a désigné M. Karim Wade à la vindicte populaire en l’accusant des crimes financiers d’une importance incommensurable. De 700 milliards, on est passé à 100 milliards.
Du processus qui a démarré depuis la gendarmerie à l’interdiction de sortie du territoire, condamnée par la justice de la Cededao, il y a autant de raisons qui amènent le citoyen lambda à ne pas faire confiance à la machine judiciaire qui a été mise en œuvre pour condamner Karim Wade. Qui plus est, tout le monde le sait, c’est un procès politique mené par un homme politique qui agit et fait agir la justice comme si tout était fait à partir de la présidence de la République.
D’abord le rôle que Mme Aminata Touré a joué quand elle était garde des sceaux, ministre de la justice. Ensuite, les déclarations de collaborateurs directs du président de la République sur des preuves que l’état détiendrait contre Karim Wade. Tout cela prouve que c’est un procès politique.
Et pourquoi cette lutte contre l’enrichissement illicite ne concernerait pas des gens qui sont dans l’entourage du chef de l’Etat ?
Cette forme de reddition des comptes est inique. Ça ne respecte pas les droits de la défense ni la présomption d’innocence. La Crei est une cour d’exception inique. Elle n’est pas acceptable. Tout ce qui sortira de ce procès sera une décision inique, qui ne respectera pas les droits de la défense.
Il y aura un sursaut des magistrats du siège qui ne sont pas assujettis à la tutelle comme les magistrats du parquet».

IBRAHIMA SENE, PARTI POUR L’INDEPENDANCE ET LE TRAVAIL (PIT) – « Il ne faut pas que la maladie de Bourgi empêche la tenue du procès »

« Le procès tant attendu est enfin arrivé. Ce serait dommage que le problème de santé de Bourgi, serve de prétexte aux avocats de Karim Wade, pour renvoyer le procès. Il faut que le procès se tienne. Les gens veulent que le droit soit dit une bonne fois pour toute. Le pays est pris en otage par ce procès. Je ne comprendrais pas si les avocats de Karim demandent un renvoi du procès sous prétexte que Bibo est malade. Cela signifierait pour moi, que ces gens ne veulent pas que le droit s’applique, or les Sénégalais en ont besoin. Si les faits que l’on reproche à Karim sont fondés ou infondés, alors il faut le montrer au Sénégalais. De plus, l’opinion Internationale est braquée sur le Sénégal. Un procès truqué est impossible. Il faut que la sérénité soit de mise. J’ai lu le communiqué du PDS qui appelle leurs sympathisants à venir nombreux au procès. Pourvu qu’ils viennent au procès en respectant les normes de sécurité et de stabilité. Dans la confusion et la violence, il est impossible de tenir un procès. Le Sénégal ne mérite pas cela et Karim ne mérite pas cette impression qu’il veut éviter la justice de son pays. »

OUSMANE BADIANE LD LIGUE DEMOCRATIQUE – «Nous disons non à la politisation de ce procès aussi bien du côté du pouvoir que celui de l’opposition»

Ce qu’on attend de ce procès, c’est qu’il se déroule dans l’équité et la transparence et que les juges qui sont chargés du dossier puissent trancher dans la vérité et la sincérité. Car tout homme bénéficie d’une présomption d’innocence tant qu’il n’a pas fait objet d’une condamnation judiciaire. Pour ce cas de figure, il s’agit jusqu’ici des soupçons de détournements de fonds publics. Il n’a pas encore été condamné.

Pour nous, il y a pas de jugement de valeurs. Nous demandons tout simplement que le procès se passe dans de bonnes conditions et que le droit soit dit sans parti pris pour le bien des Sénégalais. C’est vrai que depuis un an qu’il est en prison, depuis lors, il y a eu deux mises en demeure maintenant, nous sommes au bout du rouleau. Nous demandons tout simplement que les Sénégalais soient édifiés sur le bien fondé des accusations portées contre lui. Nous disons donc non à la politisation de ce procès aussi bien du côté du pouvoir que celui de l’opposition.

Cette affaire a duré très longtemps du fait que le temps de la justice n’est pas celui de l’homme ordinaire. Nous invitons les uns et les autres au calme, car il ne sert à rien de manifester en mobilisant des commissions de soutiens pour faire pression sur les juges. Que chacun sache raison garder et savoir que la justice ne fait que son travail, rien que son travail.

Jean paul Malou, Kalidou SY, Nando Cabral GOMIS

In the Spotlight

Pourquoi Ouattara laisse planer le doute sur un nouveau mandat en 2020

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par  jeuneafrique.com En évoquant désormais l’éventualité d’un troisième mandat en 2020, Alassane Ouattara a surpris plus d’un observateur. Dans cette tribune, André Silver Konan décrypte la stratégie inattendue du chef de l’Etat ivoirien, qui espère [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*