Procès en appel de Barthélémy DIAS : le Parquet requiert 6 mois d’emprisonnement ferme

Barthélémy DIAS, maire de Mermoz Sacré-Cœur, était à la barre de la Cour d’appel de Dakar, ce mercredi 7 novembre 2018.

Un procès en appel qu’il a intenté après sa condamnation, en première instance, à six mois ferme pour «discrédit sur une décision de justice».

Devant le juge, Barthélémy DIAS s’est lavé à grande eau. « On m’accuse d’avoir jeté le discrédit sur une décision de justice et d’outrage à magistrat. Pourquoi aucun organe de presse n’est à mes côtés? (…) Je n’ai pas cherché à nuire ou à troubler l’ordre public. Je n’ai outragé aucun magistrat», s’est-il défendu.

Une ligne de défense qui n’a pas empêché au ministère public de requérir 6 mois d’emprisonnement ferme contre lui, comme en première instance.

Délibéré le 12 décembre prochain.

Barthélémy DIAS : « La condamnation de Khalifa SALL est une décision politique rendue par la Justice »

Devant la Cour d’appel de Dakar, ce mercredi 7 novembre, le maire de Mermoz Sacré-Cœur a encore réfuté les accusations de  «discrédit sur une décision de justice».

Selon lui, ses déboires judiciaires, à l’instar de celles de Khalifa SALL, s’expliquent par leur position d’opposant.

« En première instance, le juge n’a pas voulu m’écouter. Il a voulu me sanctionner. Le pouvoir veut coûte que coûte que les opposants soient tous en prison. Nous avons une ambition présidentielle et nous ferons tout pour que notre candidat (Khalifa SALL) se présente à la présidentielle de février 2019. Nous allons descendre dans la rue si besoin en est. Mais, loin de moi l’intention de brûler le pays ou d’affronter nos braves forces de l’ordre. Nous sommes des Sénégalais (…) Nous sommes des citoyens. Nous avons le droit d’exprimer nos sentiments d’amertume et de dégoût. Je n’ai pas été le seul à dénoncer la décision rendu contre Khalifa SALL (…)», a soutenu l’ancien député.

Poursuivant, Barthélémy DIAS enfonce le clou : « La condamnation de Khalifa SALL est une décision politique rendue par la justice ». Selon lui, « l’Etat du Sénégal sera condamné partout où le dossier sera évoqué ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*