Procès Manga et Cie : Les arguments de la défense

Toussaint Manga et Cie, jugés dans l’affaire de destruction de biens appartenant à autrui, rassemblement illicite, entre autres, seront édifiés au matin du 23 février prochain.  C’est à cette date que le tribunal fera connaitre sa décision. Mais avant d’en arriver là, ils ont été bien défendus par leurs conseils.

Me Adama Fall est de ceux-là qui s’étaient constitués pour assurer leur défense. Il a mis l’accent sur le manque de preuve formelle pouvant permettre de dire que tel prévenu a eu à commettre tel ou tel délit. Il a relevé l’existence d’un déficit d’imputabilité patent dans le dossier du patron de l’Ujtl et de ses co-prévenus. Dès lors, il a plaidé que la relaxe purement et simplement s’impose. A l’endroit d’Abdourahmane Ly, il a indiqué qu’il a eu un traumatisme, application extrêmement bienveillant de la loi en sa faveur.

Son confrère, Me Mouhammadou Moustapha Dieng, n’en dira pas moins.  Il a précisé au tribunal correctionnel que ce dossier est extrêmement politique, avant de dénoncer le traitement dont fait l’objet le Pds. «Nous sommes un parti persécuté. Le Pds continue de payer un lourd tribut.

On faisait l’objet de persécution politique. Ce dossier était politisé dès le départ. Me Wade a appelé au calme la veille et le jour. Ce qui est curieux c’est qu’aucune des parties civiles citées dans ce dossier n’ait pu identifier un de ces prévenus  comme auteur des faits. Ils n’ont pas été pris dans la même zone. Je vous demande de faire en sorte que ces prévenus qui n’ont le tort que d’être militants, soient relaxés purement et simplement».

Ancien ministre de la Justice, au temps du Pape du Sopi, Me Amadou Sall d’attaquer d’emblée le réquisitoire du parquet. «Je suis perplexe par le réquisitoire et sa sévérité. Il n’y a pas de pneu brûlé dans la rue. Destruction de biens appartenant à autrui on ne le conteste pas. Il y a eu un véhicule endommagé, oui c’est vrai.

Des pierres ont été jetées, on ne le conteste pas. Mais, il faut que la police insère son action dans le droit. La police ne doit pas se comporter n’importe comment. Je ne suis pas là pour la critiquer. Mais le procès-verbal de ce commissaire est faux. Il n’y a pas eu de rassemblement illicite. Me Abdoulaye Wade, secrétaire général du Pds a appelé pour faire une déclaration. Les gens sont venus. Des policiers énervés ont tiré des bombes lacrymogènes, alors que les militants d’avaient rien fait. Ils ont porté la réplique.

Ce fut alors des jets de pierres contre les tirs de bombes lacrymogènes. Et puis la police avant de charger a l’obligation de montrer des signes visibles comme des gyrophares. Un avertissement sonore. Elle doit aussi avertir à trois reprises pour demander aux gens de se disperser. Et puis, pourquoi la police charge ? Pourquoi la police frappe ? Elle n’en a pas le droit. Elle a le droit de me menotter, de me m’arrêter. Il aurait été bon que celui qui a emprisonné ces prévenus passe 11 mois en prison», a pesté l’avocat avant de plaider la relaxe pure et simple.

Auteur: Youssoupha MINE – Seneweb.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*