Projet TER : Arrêtés plus relaxés, les impactés du Train Express Régional crient au scandale

Ils étaient une vingtaine de personnes à être arrêtées puis libérées, un peu plus tard, par les agents du commissariat de Thiaroye. Le collectif national des personnes affectées par le projet TER (PAP) semble déterminer à faire face à l’Etat du Sénégal afin de défendre leurs intérêts.

Le projet du TER vise à désengorger la ville de Dakar en apportant une réponse aux problèmes que connaît actuellement la région, avec un centre-ville hypertrophié et des banlieues. Seulement, pour le collectif des PAP, ce projet du TER va faire le malheur de 250 000 personnes. Ces dernières sont reparties dans 3 000 familles qui, en conséquence, risquent de perdre définitivement leur maison. Ce qui engendre des séquelles sans précèdent car pouvant donner naissance au dévergondage, à la mendicité, à la déscolarisation, des pères de familles se verront à la rue après avoir travaillé plus de  20 ans durant pour se procurer une maison.

Ce que le collectif des personnes affectées par le projet TER déplore, c’est le fait de «déplacer 250 000 personnes sans site de recasement » est pour eux inconcevable. « Aussi, à la place de l’indemnisation en nature, « remplacer une maison par une maison », l’Etat du Sénégal impose 8 à 14 millions pour toute une maison. Ce qui équivaut aujourd’hui au prix d’un terrain de 150 m2 dans le département de Pikine».

Après une rude journée animée par un assaut avec la police, les personnes affectées par le TER se disent prêtes à y laisser leur vie.

Source Senenews

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*