Prolifération des écoles privées à Kaolack, zoom sur de véritables bombes à retardement

L’école a ouvert ses portes le Lundi 9 Octobre, une occasion saisie pour scruter la situation des écoles privées qui poussent comme des champignons à travers la commune de Kaolack.

La prolifération des écoles privées dans la cité de Mbossé est de notoriété publique. Nous assistons à des installations anarchiques avec des écoles qui ne respectent aucune norme en matière d’urbanisme et d’environnement.

À titre d’illustration, des cours privés comme Mboutou Sow ou le collège « LA LUMIERE », qui étaient de simples maisons, bâties sur un lopin de terre, sont transformées subitement en écoles avec des étages superposés année après année pour accueillir plus d’élèves.

Une course folle au gain et à la rentabilité financière faisant fi, parfois, de toutes normes sécuritaires au profit de bailleurs ou propriétaires obnubilés par l’argent.
Face à une école publique décadente et au mythe qui ferait de l’école privée, l’unique remède, nombreux sont les parents qui se sacrifient pour amener leurs progénitures dans ces institutions scolaires privées, vendues à fort renfort publicitaire. Des résultats aux différents examens sont exhibés fièrement comme butins, sans dire souvent, comment ils sont obtenus.

Sur un autre registre, ces écoles privées pour leur écrasante majorité sont sans personnels propres, leurs tenants ou actionnaires sont du public, leurs ressources humaines sont des fonctionnaires de l’État. Un contrat d’obligations de résultats est souvent paraphé entre ces chasseurs de primes et les tenants des écoles privées. Et ce n’est pas surprenant de voir des profs se démener comme de beaux diables avec une assiduité et une ponctualité sans faille au privé, tout en négligeant leurs cours du public.

Ainsi, à ces acteurs du privé, nous rappelons juste qu’une école ce n’est pas seulement des locaux, elle est d’abord et avant tout un espace, un environnement ouvert et généreux, capable de fortifier l’apprenant. Une école ne doit pas être érigée dans un environnement bruyant, sonore et polluant, comme noté dans ces nombreuses écoles privées de la commune de Kaolack ayant pignon sur rue.

En définitive, les services compétents de l’Etat, notamment l’urbanisme, les collectivités locales, l’éducation nationale, devraient pouvoir contrôler et réguler ce secteur qui est une véritable bombe écologique et environnementale pour ne pas dire tout simplement bombe humaine. Les événements douloureux du naufrage du bateau le Joola, causés en grande partie par notre négligence, ne nous ont toujours pas servi de leçons à travers une profonde introspection et un changement de comportements.

In the Spotlight

Pourquoi Ouattara laisse planer le doute sur un nouveau mandat en 2020

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par  jeuneafrique.com En évoquant désormais l’éventualité d’un troisième mandat en 2020, Alassane Ouattara a surpris plus d’un observateur. Dans cette tribune, André Silver Konan décrypte la stratégie inattendue du chef de l’Etat ivoirien, qui espère [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*