« Quand on m’a dit ton dossier est rejeté »

Aissata Tall Sall a reçu un coup de massue à l’issue de la vérification des parrainages par le Conseil constitutionnel. «Quand on m’a dit ton dossier est rejeté pour faux parrainages, je suis resté 3 nuits sans dormir. Je me suis alors demandée quelles sont les personnes qui m’ont parrainée », a-t-elle déclaré, rapporté par Enquête. Elle ajoute: « après vérification avec mon plénipotentiaire et mon représentant, nous avons eu la surprise de constater que le Conseil constitutionnel a rejeté des Sénégalais qui sont régulièrement inscrits sur le fichier électoral», a condamné la candidate de la coalition «Osez l’avenir».

“LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A REJETÉ DES GENS INSCRITS SUR LE FICHIER AU MOTIF QU’ILS NE SONT PAS ÉLECTEURS”

Recalée à l’issue des vérifications du parrainage par le Conseil constitutionnel, Aïssata Tall Sall, la candidate de la coalition ’’Osez l’avenir’’ n’en revient toujours pas. « En tant qu’avocate, souligne-t-elle, j’ai pris le dossier qui m’a été rendu par le Conseil constitutionnel et je l’ai examiné avec mon plénipotentiaire et mon représentant. » Et, l’opposante de poursuivre : « Nous avons eu la surprise de constater que le Conseil constitutionnel a rejeté le parrainage de Sénégalais inscrites au fichier. Ça, c’est la première curiosité et j’ai des exemples. Il y a leur nom, prénom, numéro de carte d’électeur, leur numéro de carte d’identité CEDEAO, etc. et tout est exact. Alors pourquoi, le Conseil dit qu’ils sont des non électeurs ? », s’interroge-t-elle. A l’en croire, « le Conseil constitutionnel a rejeté des gens, au motif qu’ils ne peuvent pas parrainer parce qu’ils ne sont pas électeurs et pourtant, ils sont inscrits au fichier et c’est le Conseil qui me retourne ces documents. Cela veut dire que le travail qui a été fait ne l’a pas été dans la rigueur. Le travail a été fait sans que le Conseil ne maîtrise l’outil du fichier électoral. Il est évident que le travail qui a été fait ne peut pas être un travail sérieux. Voilà ce dont on a été victime. » L’avocate et maire de Podor estime également que « la moitié de (son) conseil municipal dont (son) adjoint à la Commune de Podor, a été rejetée. » Aïssata Tall Sall s’associe aux déclarations du collectif dit C25, des 25 candidats déclarés à la présidentielle du 24 février 2019, qui ont rejeté en bloc les décisions du Conseil constitutionnel.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*