Quand Trump voulait faire assassiner Bachar al Assad

Le journaliste américain Bob Woodward, célèbre pour ses révélations dans l’affaire du Watergate, publie un livre choc sur les tensions qui agitent la Maison-Blanche depuis que Donald Trump a été investi président des Etats-Unis. Qu’y apprend-on? Notamment que Trump voulait faire assassiner Bachar al Assad…

Le “Washington Post” publie en avant-première des extraits de “Fear”, écrit par le journaliste d’investigation Bob Woodward et non encore disponible en librairie. Woodward dresse un tableau accablant de la Maison-Blanche sous Trump… Près de 450 pages d’anecdotes et de confidences. On y retrouve un président inculte, colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s’efforcent de contrôler pour éviter les pires dérapages.

Ce livre n’est pas le 1er écrit sur le président, mais celui de Bob Woodward a un éclat particulier. Le journaliste est célèbre à travers le monde pour avoir révélé, avec Carl Bernstein, le scandale du Watergate qui a contraint Richard Nixon à la démission.

Et qu’en pense le président?

• “C’est juste un autre mauvais livre”, a réagi Donald Trump dans un entretien au Daily Caller, dénonçant des histoires colportées par d’anciens membres de son équipe mécontents ou “tout simplement inventées par l’auteur”.

• “Woodward est-il un agent démocrate? Vous avez noté le calendrier?”, a-t-il tweeté un peu plus tard, évoquant l’approche des élections législatives du 6 novembre, à l’issue desquelles les républicains redoutent de perdre la Chambre des représentants.

Qu’y apprend-on?

→ Donald Trump a demandé l’an passé que soit organisé l’assassinat du président syrien Bachar al Assad mais son secrétaire à la Défense James Mattis a préféré ignorer cette exigence.

“Tuons-le bordel! Allons-y! On leur rentre dedans et on les bute”, aurait déclaré le président…

Mattis a promis à Trump “de s’en occuper tout de suite” avant de se contenter de mettre au point un plan de frappes aériennes limitées ne présentant aucune menace pour Assad. Mattis aurait raconté à des collègues que Donald Trump se comportait “comme un écolier de primaire” lors d’un autre incident, poursuit l’auteur qui a puisé ses informations dans des entretiens avec des conseillers présidentiels en leur garantissant l’anonymat.

Interrogé, Mattis n’a pas contesté cet épisode en particulier. Mais il a affirmé n’avoir jamais prononcé “les mots méprisants” qui lui sont attribués à l’encontre du président, déplorant le recours aux sources anonymes qui affaiblit la crédibilité de ces écrits.

Gary Cohn, l’ancien conseiller économique de la Maison-Blanche, a dérobé sur le bureau du président une lettre prévoyant le retrait des Etats-Unis d’un accord commercial avec la Corée du Sud, afin d’empêcher Trump de la signer. Cohn, qui tentait de freiner les ardeurs protectionnistes de Donald Trump, envisageait de faire de même avec un document qui aurait marqué la sortie des Etats-Unis de l’Accord de libre-échange de l’Amérique du Nord (Aléna). “J’ai juste pris le papier sur son bureau”, a dit Cohn à un conseiller présidentiel, raconte le livre.

Certains conseillers n’hésitent pas à insulter le président en son absence. Ainsi le secrétaire général de la Maison-Blanche John Kelly a qualifié Trump “d’imbécile” et affirmé qu’il s’agissait “du pire boulot qu’il ait jamais eu”.

→ Le président se montre fréquemment méprisant avec ses conseillers qualifiant notamment le ministre de la Justice Jeff Sessions d'”attardé mental“.

→ Woodward relate enfin que Trump se révèle de plus en plus inquiet et paranoïaque à propos de l’enquête fédérale sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, ses conseillers dressant un parallèle avec l’état d’esprit de Richard Nixon lors du scandale du Watergate.

Le Washington Post, journal pour lequel travaillait Woodward, a publié des extraits de “Fear”, ouvrage sur la présidence de Trump. ©AFP
Sophie Leroy,
In the Spotlight

Wade à Dakar dans deux semaines

by James Dillinger in Politique 0

Comme prévu, Me Abdoulaye Wade devrait faire son retour à Dakar dans moins de deux semaines. Selon Libération qui donne l’information, ce justifie l’accélération des travaux entamés dans sa résidence du Point E. Quid du [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*