Que fait le Mossad en France?

Différentes sources faisaient déjà état des manigances du Mossad sur le territoire français au regard de la large puissance dont jouit le lobby pro-israélien en Hexagone mais le quotidien français Le Monde vient de faire des révélations qui évoque l’instrumentalisation du territoire français par Israël à titre d’une arrière-cours par où il pilote des attentats et des assassinats et des opérations de liquidation.

Le Monde a publié, le mardi 24 juillet, un reportage sur un large éventail d’activités qu’exploitait le Mossad à Paris.

Dans un article intitulé « l’ombre du Mossad plane sur Paris », le Monde révèle la découverte d’une cellule d’opérations du Mossad dans la capitale française, concluant que Paris est bien le terrain de jeu du Mossad.

Un responsable du renseignement français, qui a préféré rester anonyme, a confié au journal que Paris s’est transformé en un terrain de jeu du Mossad et que ce dernier y poursuit ses activités d’une manière agressive et comme bon lui semble.

« La France a les mains liées, notre capacité à réagir à leurs actions est limitée car ils se précipitent pour utiliser la carte diplomatique et se plaindre au Premier ministre français et aux bureaux du président. Nous dépendons d’Israël pour de nombreuses questions sensibles.

Les Français sont également limités dans leur capacité à empêcher certains éléments de la communauté juive en France de les aider (le Mossad) à planifier des actions et à les loger », a déclaré le responsable du renseignement français faisant là une révélation particulièrement significative: certains membres de la communauté juive française se sentent plus Israéliens que Français! Des jeunes Français bénéficieraient des primes s’ils servent au sein de Tsahal.

Le journal évoque ensuite l’une de multiples opérations terroristes commanditées et perpétrées par le Mossad depuis le sol français et plus précisément à Paris : l’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh, un commandant du Hamas assassiné en hiver 2010 à Dubaï.

Cette opération a été menée par les téléphones décryptés et les ordinateurs sophistiqués dans le quartier Bercy de Paris où se trouve le siège du ministère des Finances.

Pour accomplir cette mission, l’équipe de tueurs du Mossad a utilisé de faux passeports appartenant à cinq pays alliés d’Israël. Londres a réagi à l’utilisation de 13 passeports britanniques en expulsant un diplomate israélien du Royaume-Uni.

L’Autriche, qui devait voter contre un projet prévoyant l’ouverture d’une enquête sur les crimes du régime israélien dans la bande de Gaza, s’est finalement contentée de s’abstenir en réaction à l’utilisation par l’équipe de tueurs du Mossad des passeports autrichiens d’autant plus qu’elle a expulsé un agent de renseignement qui travaillait dans l’ambassade d’Israël à Vienne.

Dans la foulée, des émissaires du gouvernement français ont rencontré, à deux reprises, des responsables de Tel-Aviv à Qods pour leur rappeler que le Mossad avait déjà transgressé la ligne de tolérance de la France.

En outre pour l’opération de l’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh à Dubaï, le Mossad a utilisé la cellule d’opérations de Bercy pour écouter des réunions du Conseil de l’Europe à Bruxelles et pour espionner des opérations de la société Black Cube dans ses bureaux de Paris.

En 2010, le Mossad, ayant le bras long à Paris, a essayé de recruter un responsable du renseignement français pour l’exploiter comme un double agent. L’affaire a été découverte par le gouvernement français et un fonctionnaire de l’ambassade israélienne à Paris a été expulsé.

Mais d’autres faits d’armes du Mossad sont aussi évoqués dans l’article : En décembre 1972 à Paris, un officier du Mossad a contacté, sous couvert d’un journaliste italien, Mahmoud Hamchari, représentant de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en France, avant de poser une bombe téléguidée dans son appartement. Le faux journaliste italien a fait exploser la bombe, de loin, après s’être assuré que le responsable de l’OLP était chez lui. Mahmoud Hamchari a été grièvement blessé et transféré à l’hôpital. Il a tout raconté aux enquêteurs français avant de succomber à ses blessures.

Selon l’expert des questions internationales, Hadi Mohammadi, « la liberté d’action dont jouit le Mossad en France et la puissance du lobby pro-israélien ne vont pas sans influer sur la politique étrangère du gouvernement français. Placé sous l’ombrelle protectrice du Mossad, la milice terroriste anti-iranienne l’OMK (Organisation des Mojaheddin du Kalgh, ndlr) poursuit par exemple en toute liberté ses activités sur le sol français sans que l’État français soit capable d’y mettre un terme.

Il s’agit tout de même d’une milice qui figurait jusqu’en 2010 sur la liste noire de l’Europe mais qui sous pression US, en a été retirée. La question est donc la suivante. Idem pour la politique palestinienne de la France : le fait que le Mossad jouisse d’une si grande latitude, permet-il à la France de mener sa propre politique sans être télescopée par Israël?  »

source:http://parstoday.com/fr/news/world-i68922-que_fait_le_mossad_en_france

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*