Qui est vraiment Brigitte Macron, “la présidente”?

Deux journalistes du Parisien consacrent une large enquête à “la présidente” de l’ombre. Ava Djamshidi et Nathalie Schuck, collaboratrices du quotidien français Le Parisien, consacrent un livre à la Première dame de France. Issue de la bourgeoisie d’Amiens, cette ancienne professeure de français reste encore populaire auprès de la population, au contraire de son époux, de 24 ans son cadet. Mais joue-t-elle un rôle politique auprès du président de la République? Au-delà du portrait, c’est la question à laquelle tentent de répondre les deux journalistes. “Ils rêvent qu’elle meure” Car, oui, Brigitte Macron assume une position de conseillère politique, à tel point qu’elle suscite la jalousie voire l’agacement de l’entourage du chef de l’État: “La nuit, ils rêvent de la faire disparaître!”, affirme un proche anonyme du couple présidentiel. “Ils”, à savoir la garde rapprochée d’Emmanuel Macron: Stéphane Séjourné, Ismaël Emelien, Alexis Kohler, Sylvain Fort (jusqu’il y a peu). Des hommes déjà dévoués pendant la campagne du candidat Macron avant de l’accompagner à l’Élysée. “Ils rêvent qu’elle meure. Pour eux, ce veuf éploré, ce serait formidable”, ajoute même cette source. Proximité avec le gouvernement Selon l’enquête, Brigitte Macron entretiendrait des liens étroits avec certains membres du gouvernement, dont Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, ou Agnès Buzyn, ministre de la Santé. Elle est toujours proche de l’ex-ministre de l’Intérieur Gérard Collomb qu’elle appelle encore “régulièrement”. L’ex-professeure du président “Cette image de la professeure et son élève, si souvent raillés revêt une réalité: Brigitte a façonné Emmanuel, de l’apprentissage du théâtre au lycée jusqu’à l’engagement décisif en politique”, affirme Le Parisien, citant de larges extraits du livre: “C’est son ancre, sa boussole, sa vigie (…) Intuitive, hypersensible, elle est le cerveau droit du président (…) sa prise de terre”, ajoutent les auteurs. Vianney, Maître Gims et Bach À l’ombre des projecteurs, la Première dame cultive des centres d’intérêt peu différents des Français et écoute tout aussi bien Vianney, Maître Gims que Bach ou Beethoven. Elle confie jouer régulièrement à l’application Courtepaille et regarder The Voice mais se révèle “souvent énervée” par les “petites phrases” ou les “conneries” de son époux. Elle l’aurait par exemple dissuadé de recevoir Nicolas Hulot après sa démission qu’elle aurait jugée “minable”. L’article du Parisien à découvrir ici. “Madame la présidente”, d’Ava Djamshidi et Nathalie Schuck (Plon) Auteur: 7sur7.be

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*