Qui paye commande? Toujours! Par Amadou Tidiane WONE

Le 30eme Sommet de l’Union Africaine vient de s’achever à Addis-Abeba.
Ce qu’il faut retenir, par delà les jactances de nos Chefs d’Etats c’est que, 60 ans après les indépendances de la plupart des États membres, le budget de l’Union Africaine provient à plus de 50 % des bailleurs étrangers et que ses programmes sont financés à 97 % par les donateurs! Qui paye commande! C’est bien connu. Cela devrait faire mal à la dignité africaine tant chantée…
 
Sur ces entrefaites, le nouveau Président de l’Union Africaine, le rwandais Paul KAGAME, pour permettre à l’Union Africaine justement d’avoir les ressources nécessaires au financement de son budget, propose « le prélèvement dans chaque pays d’une taxe de 0,2% sur certaines importations. » Rien que cela! Pour prix du rachat du restant de notre honneur…
 
Mais alors, devinez quoi ? Il y’a des polémiques qui s’instaurent, entre chefs d’Etats africains, sur cette proposition d’un bon sens qui défie l’entendement! Sur fond d’enjeux géostratégiques et d’affirmations de leaderships locaux, des pays commencent à se démarquer de la capacité à faire bouger les lignes dont fait montre le Président rwandais. Quoique l’on puisse penser de ses méthodes par ailleurs, Paul Kagame change la réalité autour de lui. Et c’est ce que l’on attend de nos dirigeants. Disons, pour être juste que la presse n’a pas encore fait état de propositions alternatives qui auraient été soumises par l’un ou l’autre des Chefs d’Etats. À notre connaissance.
 
Dans ce contexte, force est de constater le manque de sérieux de plusieurs des Chefs d’Etats africains qui auront quitté Addis sans trancher une question d’une telle importance… vitale! Cette légèreté est notre véritable mal. En peu de mots.
 
Mais au fait, pourquoi le bilan du Président Alpha Conde à la tête de l’UA est-il si inaudible? Parce qu’inexistant? Pourtant, les tonneaux vides sont réputés faire le plus de bruits! Peut-être le « silence des agneaux… »
 
Force est de constater aussi que, le manque de rigueur des élites dirigeantes africaines, ainsi que le défaut d’exercice de notre droit à l’exigence expliquent, pour une large part, la longévité de certains individus au Pouvoir!
 
Les pouvoirs appartiennent aux Peuples qui les délèguent. Les mandats sont à durée déterminée. Les échéances électorales restituent aux peuples le privilège de changer leurs mandants. Cela en principe. Paradoxalement, aucune politique d’Education à la citoyenneté n’est véritablement mise en œuvre pour faire prendre conscience aux masses africaines de leur force et de leurs responsabilités. D’ailleurs, on ne leur parle vraiment qu’en période électorale. Juste pour récolter des voix et leur fermer l’accès aux lieux de décision aussitôt après les prestations de serment.
 
Attachons-nous à pourvoir à la prise de conscience des citoyens de leur droit à être exigeants! Et dans le même temps, disons leur que ce droit a, comme corollaire, le devoir de participation à la consolidation de l’Etat de droit. Par le respect scrupuleux des lois et règlements, par le respect des espaces publiques et l’implication positive dans la vie de la Cité. De nos ruelles à nos villes et à l’échelle de nos pays, semons de nouveaux paradigmes. Les petites graines ainsi semées germeront, un jour ou l’autre!
 
Mais, dans tout cela, qu’elle a été la
position ou contre-proposition du Sénégal face à la proposition simple et pragmatique du Président Paul Kagame? Juste au nom du droit à l’information! Si. Si…
 
Amadou Tidiane WONE
woneamadoutidiane@gmail.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*