RAMADAN 2014 Les clients déploirent la flambée des prix

Tabaski ou fête du mouton LegumesEn ce lundi, premier jour du mois béni de ramadan, il y a une forte affluence au niveau des marchés de dakar. Si les produits sont en quantité suffisante comme au marché Castors, les clients déplorent toutefois la flambée des prix.

En cette après midi de lundi, premier jour du mois béni de ramadan, le marché Castors de Dakar grouille de monde, malgré la forte chaleur qui dicte sa loi. Les marchandages entre vendeurs et clients vont bon train. Chacun veut se procurer les condiments nécessaires pour la préparation d’un bon Ndogou. Le marché est bien approvisionné en dattes, oseille, légume, oignon. Pour les dattes les prix varient entre 1000 et 1500 francs Cfa le kilogramme, l’oseille communément appelé Bissap, tellement prisée en cette période de jeune se vend, entre 400 (ordinaire) et 500 francs Cfa (Vimto) le pot. Même si on note une affluence au niveau du marché, les clients déplorent toujours la cherté des prix des denrées alimentaires.
 
Trouvé dans sa boutique, Cheikh Lô soutient qu’il n’y a pas de hausse des prix comme le font remarquer souvent certains clients. « Les prix n’ont pas connu de hausse. Par exemple le sucre est toujours vendu à 575 franc le Kg, l’oignon aussi s’achète à 350 franc le Kg », relève le jeune commerçant. 
 
A quelques encablures, Doudou Diop, un tablier abonde dans le même sens. Selon lui, les prix sont abordables mais ce sont les clients qui se font désirer. « Les prix n’ont pas augmenté avec le mois de ramadan. Peut être c’est à cause de la situation de précarité qui prévaut dans ce pays que les gens parlent de cherté des denrées », précise-t-il.
 
Du coté des clients, même si on s’accorde sur la quantité suffisante des produits, on se plaint toutefois de la cherté des denrées et des légumes. « C’est vrai que le marché est bien provisionné en denrées et en légumes mais les prix ne sont pas les mêmes comme le soutiennent certains vendeurs », a soul igné Mariama Diop, une dame d’une cinquantaine d’années. Et sa voisine de renchérir : « avec la crise économique, c’est très difficile pour une ménagère de satisfaire tous les besoins de ta famille lors de la coupure mais nous essayons de sat isfaire le maximum ».
 
Pendant que les vendeurs de denrées alimentaires squattent les clients, ceux qui proposent la vaisselle se frottent les mains. En effet, en ce premier jour du mois béni de ramadan, les femmes ont jeté leur dévolu sur la vaisselle. Rien n’est laissé en rade. Assiettes, tasses, thermos, glaciers et autres sont exposés dans tous les coins du marché. 
 
Les vendeurs de vaisselle se frottent les mains
 
Interrogé, Aly Dramé, vendeur de vaisselle explique : « Depuis pratiquement une semaine les clients se bousculent chez nous pour renouveler leurs ustensiles de cuisine. Il ne faut pas oublier que la vaisselle est aussi importante dans la présentation des repas car elle aiguise l’appétit ».
 
Un constat partagé par son voisin de palier, Pape Ndiaye, qu’on a trouvé entrain de marchander avec deux femmes.

Ndeye Aminata CISSE

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*