Rassemblement contre l’esclavage en Libye, retour sur une rencontre guidée par la solidarité

Aujourd’hui, la jeunesse a répondu présente à la manifestation organisée pour dire non à la vente de migrants comme esclaves en Libye et à toutes autres formes de maltraitances. Beaucoup de ces manifestants considèrent, par ailleurs, que la Libye n’est que la partie visible de l’iceberg car bon nombre de pays, le ressortissants africains ne cessent de souffrir. Le mutisme des gouvernants face à cette situation reste pour eux incompréhensible.

Ce vendredi après la prière, la société civile a rassemblé à la Place de la Nation (ex Place de l’Obélisque), des centaines de jeunes venus tous pour la même cause, dénoncer la situation actuelle en Libye.

La présence remarquée des hommes politiques comme Mamadou Diop Decroix, Cheikh Bamba Dièye et de certains membres du gouvernement donnait déjà une couleur particulière à ce rassemblement.

En outre, des ressortissants mauritaniens ont déploré le sort de certains de leurs pairs, considérant que pas loin du Sénégal aussi, sévit une autre forme d’esclavage. Aussi, les femmes qui œuvrent dans les structures d’aide aux personnes maltraitées sont revenues sur les conditions de travail de certaines femmes de ménage, conditions qui frôlent l’esclavage.

Pour elles donc, avant de parler de l’esclavage en Libye, il faut commencer par contrôler ce qui se fait au Sénégal, là où car la majeur partie des femmes sont soumises à des conditions difficiles de travail.

Des porteurs de voix présents au rassemblement, les artistes rappeurs en faisaient partie. Deuggy Tee pense lui qu’il « faut signaler la responsabilité du gouvernement car si tous les jeunes rêvent de sortir du pays c’est à cause de leur mauvais système ».

Venu apporter son soutien aux organisateurs, le rappeur Nitt Doff de rappeler la « ségrégation même dans les pays Européens ». Il invite ainsi « les noirs d’ici et de la diaspora à se lever pour mettre fin à la misère ». Selon lui, « personne ne viendra combattre à notre place », considérant même que c’est à eux, voix du peuple, de montrer la voie à suivre ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*