Rawlings du Ghana : «Il faut respecter les protestations pacifiques au Togo»

La situation au Togo soulève une grande préoccupation, le nombre de personnes blessées augmente et le nombre de morts aussi. La description d’une guerre civile imminente par certains commentateurs montre dans quelle mesure la situation a régressé.

Sous ce rapport, l’ancien président du Ghana Jerry Rawlings considère que « les menaces récentes de la guerre civile ne sont pas surprenantes. Cependant, la posture intimidante de ces commentaires montre clairement la pertinence de la nécessité d’éviter une escalade au-delà de ce point. La guerre civile ne peut jamais apporter de gains aux gens ou au gouvernement ».

Comme solution, l’ancien dirigeant ghanéen pense qu’« il doit y avoir un effort concis pour indiquer à quel point les habitants du Togo ont répondu et agité pacifiquement pour leur droit politique. Nous devons respecter leur processus visant à faire entendre leur cause surtout parce qu’il se caractérise par la non-violence.

En cas de conflit civil, les civils non armés sont ceux dont le sang sera le plus répandu. Les manifestants pouvaient déjà adopter un comportement violent, mais ils l’ont gardé civil tout cela et, en tant que tel, les troupes gouvernementales doivent également adopter des progrès pour s’assurer qu’il n’y ait pas de régression dans une explosion civile ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*