RDC : des opposants arrêtés à Lubumbashi

centre-ville-de-Lubumbashi-587x345_cDes témoins affirment que les services de sécurité ont arrêté huit militants de l’Union nationale des fédéralistes du Congo, un des partis récemment passés à l’opposition.

Contactée par l’AFP, l’armée confirme les arrestations mais indiquent que les personnes arrêtées étaient recherchées pour avoir incendié la maison d’un dissident du parti, ce que dément l’Unafec.

« Les militaires sont allés […] prêter main forte à la police qui était à la recherche de jeunes [Nzulu, le service d’ordre de l’Unafec] qui ont mis le feu cette nuit à la maison d’un ancien [proche de M. Kyungu] qui a fait défection » du parti, a déclaré général Philémon Yav, chef de la région militaire basée à Lubumbashi.

Selon des témoins, les membres de l’Unafec ont été arrêtés au siège du parti où les soldats ont tiré des rafales en l’air et des grenades lacrymogènes pour disperser la foule qui se pressait autour du siège du parti, occasionnant une bousculade ayant fait « plusieurs blessés ».

Les soldats ont aussi déchiré à l’extérieur du bâtiment la grande affiche à l’effigie de Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l’Unafec et de l’assemblée provinciale de la province du Haut-Katanga, dont Lubumbashi est la capitale.

Un journaliste de l’AFP a constaté que l’affiche avait effectivement disparu.

Selon les témoins, les soldats ont tiré des rafales en l’air et des grenades lacrymogènes pour disperser la foule qui se pressait autour du siège du parti, occasionnant une bousculade ayant fait « plusieurs blessés ».

Interrogé par l’AFP, M. Kyungu a rejeté ces allégations et mis le général « au défi » de prouver ses dires, accusant l’armée d’avoir passé « à tabac » les huit militants arrêtés.

Selon le général Yav, « quelques » autres Nzulu ont également été arrêtés ailleurs en ville.

L’Unafec appartient au G7, groupe de sept partis dont les dirigeants ont été exclus de la majorité en septembre après avoir mis en garde le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, contre la tentation de s’accrocher à son poste.

Le climat politique est très tendu en RDC. L’opposition accuse le chef de l’État de chercher à contourner par tous les moyens l’interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter.

La présidentielle devant avoir lieu avant la fin novembre 2016 paraît aujourd’hui incertaine et M. Kabila s’apprête à convoquer un « dialogue national » en vue d’ »élections apaisées » qu’une grande partie de l’opposition dénonce comme une manœuvre dilatoire.

AFP

In the Spotlight

Urgent : La France répond à l’ultimatum Russe sur le FCFA

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le franc CFA fait couler beaucoup d’encre, depuis longtemps, avec une accélération et une tension sans précédent depuis quelques mois.  La semaine dernière, La Russie a donné un ultimatum à la France pour mettre fin au système [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*