RDC: le 57e anniversaire de l'indépendance célébré sans festivités

L'état de santé de Joseph Kabila ne lui a pas permis d'adresser un message à ses concitoyens ce 30 juin 2017 (photo d(archives)
L’état de santé de Joseph Kabila ne lui a pas permis d’adresser un message à ses concitoyens ce 30 juin 2017 (photo d(archives)

Le 57e anniversaire de l’indépendance de la RDC a eu lieu ce 30 juin, sans flonflons. Le président de la République a, dans un simple communiqué, invité ses concitoyens à la méditation. Selon Joseph Kabila, son état de santé ne lui a pas permis d’adresser, comme de coutume, un message à la nation.

Le traditionnel défilé du 30 juin n’a pas eu lieu. Aucune raison officielle n’a été donnée pour expliquer son annulation. Mais, pour l’adresse à la nation, le président de la République a fait diffuser un communiqué à la télévision officielle. L’état de santé de Joseph Kabila ne lui a pas permis d’adresser un message à ses concitoyens. Certaines sources  évoquent une maladie qui s’est manifestée à l’issue de sa  récente tournée dans l’espace kasaïen et le Haut-Katanga. Des cultes religieux et autres manifestations ont toutefois été organisés çà et là à travers le pays.

Le Premier ministre Bruno Tshibala, lui, est allé s’informer sur l’attaque de jeudi en pleine journée du commissariat urbain de la Funa.  La police, de son côté, a empêché une réunion de la société civile à laquelle devait prendre part le docteur Denis Mukwege. Selon le dernier appel des évêques catholiques, cette conférence devait porter sur la « Mobilisation pour le respect intégral de l’accord du 31 décembre 2016 ».

Accord en RDC: vers une signature de l’arrangement particulier le 27 mars?

L’archevêque Fridolin Ambongo, de la Conférence épiscopale (Cenco), lors de la signature de l’accord, le 1er janvier 2017 à Kinshasa.

En République démocratique du Congo, après l’accord signé le 31 janvier dernier, l’arrangement particulier pourrait être signé dès le lundi 27 mars. C’est ce qu’a annoncé ce lundi 20 mars la Conférence épiscopale du Congo (Cenco), qui joue le rôle de médiateur dans les négociations.

Alors que les principales questions ne sont toujours pas réglées, ni le mode de désignation du Premier ministre, ni la question de l’attribution de la présidence de Conseil national de suivi de l’accord après la mort d’Etienne Tshisekedi, le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Jean-Marc Kabund, a d’ailleurs claqué la porte, accusant la majorité de faire preuve de mauvaise foi et de multiplier les blocages pour permettre à Joseph Kabila de rester au pouvoir.

Mais à la sortie de la plénière de ce lundi 20 mars, les visages semblaient plutôt détendus. Alors pourquoi cette sortie du secrétaire général de l’UDPS ? « Là, ça n’engage que lui parce que vous voyez vous-même que nous sortons de la salle avec tout le monde, répond Monseigneur Fridolin Ambongo, le vice-président de la Cenco. Toutes les parties prenantes sont là et nous avons planifié la suite des travaux ».

Ce mardi « il y a le travail en petits groupes, mercredi il y a la plénière, poursuit-il. Et le plus beau c’est que nous avons même, si vous êtes curieux pour le savoir, fixé la date de l’adoption solennelle finale et signature de l’arrangement particulier. C’est prévu pour lundi et vous êtes invités à être là, lundi à 11 heures. Ce sera en direct et avec solennité ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*