RDC-Mandat d’arrêt : le camp Katumbi répond au régime de Joseph Kabila

– C’est le contraire qui allait surprendre. Le camp de Moîse Katumbi n’a pas attendu longtemps pour répondre au régime de Joseph Kabila qui a émis un mandat d’arrêt international contre l’opposant.

« Grotesque! L’impéritie de Kinshasa a atteint la fange de l’incurie. Le gouvernement se dérobe d’arrêter un fugitif allégué, mais se formalise d’un mandat international pour demander aux autres d’arrêter Moïse Katumbi qu’il n’a pu arrêter à ses propres frontières souveraines. En rire ou en pleurer? », a écrit sur sa page Twitter, Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu, secrétaire général de la plateforme « Ensemble pour le changement » fondé et dirigé par Moïse Katumbi.
Cette sortie de Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu est consécutive à la déclaration du gouvernement congolais qui avait auparavant lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre de Moïse Katumbi.
Et pourtant, on pouvait l’arrêter !
« Le parquet général a émis un mandat d’arrêt international contre M. Katumbi », a ainsi parlait ce 16 août lors d’une conférence de presse, Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice de RDC. Et le mandat d’arrêt « reste en vigueur. Il a été communiqué à un certain nombre de pays tant africains qu’européens », a-t-il ajouté lors de ce point-presse de la coalition du pouvoir Front commun du Congo (FCC).
Ce, en estimant que Katumbi n’avait jamais formulé quelque demande pour rentrer en RDC et faire acte de candidature à la présidentielle de décembre prochain. Sinon, explique, Thambwe Mwamba, l’ancien gouverneur du Katanga aurait été arrêté.
Néanmoins, le 2 août dernier, Jean Oscar Sanguza Mutunda, maire de Lubumbashi, accusait bonne réception et rejetait de la demande de Katumbi d’atterrir à l’aéroport de Luano. L’édile évoquait en effet deux raisons majeures : non-autorisation de survol de l’espace aérien congolais et les démêlées judiciaires de Katumbi poursuivi pour plusieurs motifs dont usurpation de nationalité et atteinte à la sûreté de l’État.
John Ndinga Ngoma

Afrique Monde

In the Spotlight

Strasbourg: Daesh et l’étrange pistolet français

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le prochain attentat en France se fera a coup d’arquebuse et sera revendiqué par une obscure agence daechienne dénommée « Aamaq » (profondeurs) via le réseau sioniste « Site ». Ce dernier prétend surveiller sur le net les activités [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*