Réaction du Meel sur la répression à l’Ucad : «Si cette situation perdure, nous allons tôt ou tard assister à un bain de sang»

Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel)Le Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) dénonce la répression du gouvernement face à la violence qu’a connu ces derniers jours l’Université. Dans un communiqué, cette structure du Parti démocratique sénégalais écrit : «Macky et son gouvernement sont restés sourds face aux nombreux problèmes qui secouent l’enseignement supérieur.

Aujourd’hui l’Univer­sité est assise sur une bombe dormante caractérisée par des conditions de vie exécrables dont les maîtres-mots sont la promiscuité, l’angoisse et la frustration généralisée.» Pour le Meel, ces réformes sont devenues un «cauchemar, une véritable arna­que, car les étudiants se voient privés de leurs avantages acquis avec le régime Wade».

 Les élèves et étudiants libéraux accusent : «Les fonds destinés à payer les bourses ont été détournés pour le financement de la campagne en direction des Locales.» Son secrétaire général Victor Diouf et ses camarades dénoncent «l’attitude» du ministre de l’Enseignement supérieur et celui des Finances qui, selon eux, ont «concocté un plan pour rabaisser le budget destiné au paiement des bourses qui passe de 40 milliards à 28 milliards l’année».

Et ce, souligne M. Diouf «en plus de leur projet d’uniformiser les bourses en fonction des cycles : premier cycle (18 000F), deuxième cycle (36 000F) sans parler de la réduction drastique du nombre d’étudiants boursiers».

Ainsi le Meel prévient : «Si cette situation perdure nous allons tôt ou tard assister à un bain de sang ou pire,  car on ne se laissera plus faire ; l’heure de la révolte a sonné.»

  • Écrit par  Maïmouna SIDIBE

Stagiaire

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*