RECONNUS COUPABLES D’ENRICHISSEMENT ILLICITE LA CREI CONDAMNE TAHIBOU NDIAYE, SON EPOUSE ET SES FILLES ADOPTIVES

TAHIBOU NDIAYELa Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rendu hier, lundi 9 novembre son verdict dans l’affaire d’enrichissement illicite opposant l’État du Sénégal à l’ancien directeur du Cadastre.

Tahibou Ndiaye, son épouse, Ndèye Aby Diongue et ses filles adoptives, Mame Fatou Thiam et Ndèye Rokhaya Thiam sont reconnus coupables des faits d’enrichissement illicite et condamnés respectivement à des peines d’emprisonnement allant de 5 ans de prison ferme à 3 ans dont 2 ans avec sursis, et deux ans avec sursis plus une amende de  2,6 milliards mais aussi la confiscation de tous leurs biens.

Le verdict est tombé ! L’ancien directeur du Cadastre est désormais fixé sur son sort dans l’affaire d’enrichissement illicite qui l’opposait à l’État du Sénégal.

En liberté provisoire depuis quelque temps, Tahibou Ndiaye est à un pas de retourner en prison avec sa femme sauf revirement de situation. Ils sont en effet reconnus coupable par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) des faits d’enrichissement illicite et complicité d’enrichissement illicite portant sur 3,5 milliards de francs CFA pour lesquels, ils étaient poursuivis.

Dans son délibéré hier, lundi 9 novembre, la juridiction présidée par le juge Henry Grégoire Diop a retenu des peines d’emprisonnement allant de 2 ans avec sursis à 5 ans ferme en passant par 3 ans dont deux ans avec sursis.

Dans ce verdit, l’ancien directeur du Cadastre a, naturellement, écopé la plus lourde peine. En effet, Tahibou Ndiaye est condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme et à restituer la somme de 2.609.240.263 francs CFA.

Ensuite, la Crei lui demande de payer solidairement, avec ses complices une somme d’un milliard de francs CFA à l’État du Sénégal. Son épouse Ndèye Aby Diongue a écopé d’une peine de 3 ans de prison dont deux avec sursis.

La Crei lui demande elle aussi de payer une amende de 2,6 milliards. Quant à ses filles adoptives, Mame Fatou Thiam et Ndèye Rokhaya Thiam, elles sont sorties, chacune avec une peine de 2 ans de prison avec sursis, plus une amende de 2,6 milliards. En plus de ces peines, la Crei a également ordonné, dans son ordonnance, la confiscation de tous les biens meubles et immeubles, corporels et incorporels de tous les condamnés.

Seulement, il faut aussi signaler que la Cour de répression de l’enrichissement illicite qui avait reçu la constitution de partie civile de l’État du Sénégal et rejeté toutes les exceptions soulevées par les avocats de la défense n’a pas décerné le mandat à Tahibou Ndiaye et à sa femme. Raison pour laquelle, Tahibou Ndiaye et ses co-prévenues ont quitté librement la salle 4 du tribunal sans être inquiétés pour regagner leur domicile.

VERS UN POURVOI EN CASSATION

Aussitôt après que la Crei a prononcé la condamnation de leurs clients, la réaction des conseillers Tahibou Ndiaye et ses co-prévenues ne s’est pas faite attendre. À la sortie de la salle d’audience, Me Borso Pouye et compagnie ont ainsi annoncé leur décision de porter l’affaire devant la cour suprême comme la loi le leur autorise.

Il faut souligner que c’est la deuxième condamnation prononcée par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) depuis sa réactivation par les tenants du pouvoir après leur arrivée au pouvoir en 2012. Avant, Tahibou Ndiaye et ses co-prévenues, Karim Wade, fils de l’ancien chef de l’État et ses co-prévenus ont été les premiers à subir la justice de cette juridiction spéciale.    

Nando Cabral GOMIS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*