REJET DE L’EXCEPTION D’IRRECEVABILITE SOULEVÉEPAR ME EL HADJI DIOUF LES AVOCATS DE KARIM JUBILENT

karim_avocats_1En conférence de presse hier, lundi 4 août, les avocats de Karim Wade ont revendiqué la victoire quant au rejet de l’exception d’irrecevabilité qui a été soulevé jeudi dernier par Me El Hadj Diouf et certains avocats de la partie civile. Après cette «victoire», ils engagent une deuxième bataille. Celle de l’irrecevabilité de la constitution de partie civile de l’État du Sénégal.

«La Cour a voulu simplement régler la question de savoir est-ce-que d’anciens ministres pouvaient se constituer comme avocat dans une procédure pour ou contre l’État», a déclaré Maitre Ciré Clédor Ly se prononçant sur ce qu’il considère comme une «victoire». En effet, Henry Grégoire Diop a rejeté l’exception d’irrecevabilité soulevée par les avocats de la défense et ceux de la partie civile pour empêcher certains d’entre eux de plaider dans ce procès.

C’était lors d’une conférence de presse organisée hier, lundi 4 août, dans un hôtel de la place. Et l’avocat de continuer : «Mais, cela ne règle pas et ne vide pas la question de l’irrecevabilité de constitution de partie civile de l’État du Sénégal dans cette procédure».

Selon lui, la question reste entière car ils (Karim et ses avocats) ne reconnaissent pas la légitimé de l’État du Sénégal à se constituer partie civile : «Nous avons un certains nombre de préalables que nous devons porter au niveau du prétoire, notamment des exceptions de compétence, de nullité, des fins de non recevoir de la constitution de partie civile de l’État du Sénégal. En fait, il y a un certain nombre d’exceptions qui sont prévues», a-t-il confié.

Me Ciré Clédor Ly a par ailleurs accusé l’État de vouloir empêcher les Sénégalais d’assister au procès parce qu’ils se sont rendu compte que ce n’est pas de leur intérêt qu’ils sachent la vérité : «Ils ont dit que c’est une demande sociale, alors la population doit contrôler et savoir ce qui se passe. Alors, maintenant que la vérité est entrain d’être dite, ils se sont rendus compte qu’il était dangereux que la population sache que c’étaient des mensonges d’État».

Quant à Me Demba Ciré Bathily, il s’est félicité de «cette nouvelle victoire», tout en accusant l’État de se livrer à une propagande : «Le droit n’est pas la propagande. Et il faut vous méfier de la tentative de manipulation par la communication. On pensait qu’on allait se réveiller et dire à Karim Wade que vos quatre avocats anciens ministres ne pourront plus vous défendre et on a vu que ce n’était pas le cas».

Ousmane Demba KANE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*