REMANIEMENT – Abdoul Aziz Mbaye remplacé par Mbagnick Ndiaye à la Culture : Regards croisés des acteurs

Entre soulagement, neutralité et désir de voir les programmes se poursuivre, les acteurs culturels apprécient différemment le changement intervenu à la tête de leur tutelle.

Le dernier remaniement intervenu a apporté des changements au sein du ministère de la Culture. En place depuis plus de deux ans, Abdoul Aziz Mbaye a cédé son fauteuil à l’ancien ministre des Sports, Mbagnick Ndiaye, qui va coupler ce département à celui de la Communication.

Le changement de station laisse certains perplexe mais la plupart des acteurs culturels veulent bien laisser le bénéfice du doute au nouveau titulaire. Avant de rejoindre le gouvernement, Mbagnick Ndiaye était connu pour son combat pour la valorisation de la culture sérère au sein de l’association Ndefleng. Mais être un passionné de culture ne fait de personne un bon ministre.

Le plasticien Viyé Diba attend du nouveau ministre qu’il soit «attentif et réceptif». Il faut «faire l’état des lieux et trouver des solutions aux problèmes des artistes», demande-t-il.

«Il y a beaucoup d’agitations culturelles mais il faut trouver une opérationnalité à tout cela», plaide Diba en relevant un manque d’organisation du secteur. «La culture ça  ne s’administre pas, ça s’accompagne !», assure-t-il.

Limogeage de A. Mbaye : «Une mesure d’assainissement et de salut public»

Chez l’écrivain Ellie Charles Moreau, on ne se contente pas de formuler des vœux de réussite. L’écrivain et éditeur applaudit des deux mains ce changement à la tête du ministère de la Culture. Pour lui, le fait qu’Aziz Mbaye soit écarté du gouvernement est «une mesure d’assainissement et de salut public».

Après des lettres ouvertes dans lesquelles il avait demandé à ce que M. Mbaye soit démis de ses fonctions, M. Moreau félicite le Président Macky Sall «qui, symboliquement, vient aussi de montrer que la culture ‘’au pays de Senghor’’ mérite mieux que ces virées rurales inscrites sous le label de ’’diversité culturelle’’ qu’on voudrait bien nous forcer à considérer comme programme d’administration de la culture».

D’autres acteurs culturels appellent le nouveau ministre à s’inscrire dans la continuité. Animateur culturel à la place du Souvenir, Abdoulaye Gaye se dit prêt à accompagner le nouveau ministre. Il demande, cependant, à Mbagnick Ndiaye de «comprendre les enjeux de la culture et de s’appuyer sur les acteurs et non sur ceux qui se nourrissent de la culture».

Dans un communiqué de presse conjoint, l’Association des diffuseurs artistiques et festivals du Sénégal (Adafest), l’Association des métiers de la musique (Ams), les Cinéastes sénégalais associés (Cineseas) et l’Union nationale des exploitants de salles (Unecs) demandent que toutes les réformes entamées soient menées à terme.

Ces différentes organisations citent «la mise en place très avancée de la Nouvelle société de gestion collective, la mise en œuvre du Plan de relance du cinéma, l’adoption d’un statut professionnel des métiers de la culture et la décentralisation de l’activité culturelle». Elles demandent enfin à être associées à tout «recadrage ou réorientation politique».

  • Écrit par  Awa GUEYE

agueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*