Reportage: Célébration du 134e Appel de Seydina Limamou Laye (Photos)

Une ferveur religieuse s’est emparée de Cambérène. Plusieurs cars «Ndiaga Ndiaye» et autres voitures de transport déversent leur trop-plein de  pèlerins sur cette localité religieuse. 

En provenance de partout, ces derniers sont venus assister hier au 134e  anniversaire de l’Appel de Seydina Limamou Laye dont la cérémonie d’ouverture s’est tenue au mausolée où repose Seydina Issa Rohou Laye, le fils de Seydina Limamou Laye (Psl).

Habillés en blanc et entonnant des chants à l’honneur de leur guide religieux dans un mouvement synchronisé des bras,  des fidèles layènes ont assisté au démarrage des festivités de cette manifestation marquée par une cérémonie officielle à laquelle ont pris part Seydina Issa Thiaw Laye, fils du khalife général des Layènes, Abdoulaye Thiaw Laye, du sous-préfet des Parcelles Assainies, du ministre de l’Energie Maïmouna Ndoye.

Célébrée dans un contexte où Cambérène fête ses 100 ans, cette 134e édition a été qualifiée comme une  tribune de l’islam pour magnifier l’œuvre du Mahdi.

«Nous vivons dans un monde de contradictions. Seydina Limamou Laye (Psl) grâce à son humanisme et son esprit d’ouverture est parvenu à instaurer un cadre de vie où cohabitent plusieurs sensibilités religieuses. A Cambé­rè­ne, il y a des mourides, des tidianes…», souligne Seydina Issa Thiaw Laye.

«Aux Parcelles Assainies, une localité à quelques jets de pierre de Cambérène, il y une église catholique. Cela traduit l’esprit conciliateur du Mahdi décliné à travers le fait que les frères catholiques vivent leur religion sans la moindre anicroche.

On arrive à tirer quelque chose de positif en faisant la somme des contradictions. Que Dieu nous préserve des contradictions qui sont les terreaux fertiles de la violence», indique le fils du Khalife général des Layènes.

Revenant  sur la Zakat qui est le thème de cette 134e édition de l’Ap­pel du Mahdi, Seydina Issa Thiaw juge que seul le travail garantit le développement d’un pays. «Si on se réduisait à fréquenter les mosquées sans privilégier le travail, on en arriverait à ne pouvoir donner la Zakat à ceux qui en ont le droit.  

La Zakat doit servir comme un instrument pour combattre la pauvreté qui sévit  chez les musulmans», ajoute-t-il. Prenant la parole,  le porte-parole de la famille layène, Mama­dou Lamine Thiaw, a invité les Séné­galais «à plus de retenue pour ne pas favoriser un climat de violence dans le pays». Après Cambérène, les fidèles layènes se sont rendus dans l’après-midi à Ngor. Ouverte hier, la 134e édition de l’Appel du Mahdi prendra fin cet après-midi à Yoff.

SANYO DIGITAL CAMERA SANYO DIGITAL CAMERA SANYO DIGITAL CAMERA SANYO DIGITAL CAMERA SANYO DIGITAL CAMERA SANYO DIGITAL CAMERA SANYO DIGITAL CAMERA image le chanteur assane gawlo a la ceremonie image omzo a la ceremonie d_ouverture 134em edition des layénne SANYO DIGITAL CAMERA SANYO DIGITAL CAMERA kr le public avec affiche sunukerfm a la ceremonie kr SANYO DIGITAL CAMERA kr SANYO DIGITAL CAMERA kr kr

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*