RESTRUCTURATION DES ENTREPRISES PUBLIQUES ET PARA-PUBLIQUES Le gouvernement en cible une dizaine

mimi_pm_1L’Etat va restructurer une dizaine d’entreprises prépondérantes dans l’économie nationale dans les semaines. C’est ce qui ressort d’un conseil interministériel sur la restructuration des entreprises publiques et parapubliques, présidé hier lundi par le premier ministre Aminata Touré.

Les entreprises au poids prépondérant dans l’économie nationale en termes de recettes fiscales et de création d’emplois vont être assistées au plan financier, fiscale et juridique, managérial ou sur le plan de la gouvernance des entreprises. Ce, après un diagnostic sans complaisance du ministère de l’économie et des finances (Mef) sur la situation de ces entreprises en difficultés aux fins de dégager des mesures urgentes de redressement de ces entreprises.
C’est ce qui ressort d’un conseil interministériel, présidé hier lundi, par le premier ministre Aminata Touré en présence du ministre de l’agriculture, les conseillers techniques du Mef, du directeur général de l’Apix et entre autres techniciens de la primature.
Ce redressement cible une douzaine d’entreprises comme les Ics (Industries chimiques du Sénégal), la Sar (Société africaine de raffinerie), le Méridien Président, dans le domaine du tourisme, le transport urbain notamment Dakar Dem Dikk (Ddd), Sénégal Airlines et le chemin de fer», a annoncé Abou Mbaye Fall, coordonnateur du comité interministériel pour la restructuration des entreprises publiques (Cirep).
Selon lui «Il s’agit d’agir de façon urgente sur les mesures à prendre pour le redressement des entreprises publiques qui ont un poids prépondérant dans l’économie nationale aussi bien en termes de recettes fiscales qu’en termes de création d’emplois».
Au sujet des mesures à prendre, il précise «nous ne pourrons connaître ces mesures qu’après avoir travaillé avec le ministère de l’Economie et des Finances sur une phase de pré-diagnostic pour savoir, parce qu’il peut y avoir des mesures d’ordre financier, si c’est des entreprises qui sont à court de liquidité».
Il poursuit: «il y a eu d’autres entreprises même privées qui sont ciblées à l’image des industries de tomate. La restructuration des entreprises se fait d’abord au plan interne des entreprises. Et ça se fera avec l’appui de l’Etat. Cette restructuration peut prendre des mois voire des années».
Toujours selon lui: «Dans un premier temps, il s’agit de prendre des mesures urgentes et conservatoires pour pouvoir permettre à ces entreprises de pouvoir continuer à survivre. Dans un deuxième temps, ce sera l’accompagnement et le suivi des mesures», a-t-il conclu.

Jean Pierre MALOU

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*