RETOMBEES MINIERES AU SENEGAL L’Etat veut gagner plus

mine_matam_4Des acteurs du secteur minier sont en formation de cinq jours sur les techniques de rédaction et de négociation des conventions minières. Ceci, en vue de renforcer leurs capacités devant leur permettre de comprendre le cadre légal et réglementaire du secteur minier. L’atelier a démarré hier, à Dakar.

L’Etat du Sénégal, en collaboration avec la banque mondiale, a initié un atelier de formation des acteurs du secteur minier sur les techniques de rédaction et de négociation des conventions minières aux fins de favoriser le climat des investissements et corriger le manque à gagner dans le secteur minier. Cet atelier de cinq jours qui  a démarré hier lundi, à Dakar va contribuer au renforcement des capacités des agents du ministère, ainsi que celles des autres agents de l’administration sénégalaise qui ont un lien direct avec les conventions minières que le ministère des mines négocie et signe avec des sociétés.
 «Nous avons procédé à la revue des conventions minières qui ont été conçues sous la base d’un code qui existe et, ensuite, nous nous sommes rendu compte qu’en réalité, il y a un manque à gagner énorme pour l’Etat du Sénégal», a indiqué Ousmane Cissé, directeur des mines.
«C’est dans cet esprit et pour améliorer les choses et changer ce cours (manque à gagner de l’Etat dans le secteur), que nous allons procéder à la revue du Code minier sur la base duquel les contrats sont signés», a-t-il expliqué.
A en croire M. Cissé, «beaucoup de dispositions seront revues dans le but d’arriver à ce qu’il y ait un climat favorable à l’investissement, un climat gagnant-gagnant pour que l’Etat du Sénégal et les autres partenaires techniques et privés tirent des profits de ce secteur».
Il s’agira, à cet effet, poursuit-il, «de renforcer les capacités de ces acteurs et leur permettre de comprendre le cadre légal et réglementaire dans lequel s’opèrent les activités minières, de pouvoir mieux négocier les conventions minières et les gérer».
Selon Liliane Doukouré, représentante de l’Islp «la formation portera sur un ensemble de thèmes régulièrement abordés dans les conventions minières».  «Nous en avons sélectionné 14 avec des thèmes spécifiques aux mines comme la renégociation des contrats, la responsabilité sociale des entreprises et les objectifs du gouvernement quand il négocie un contrat, et les visons de l’investisseur quand il vient négocier», a-t-elle souligné.
L’International senior lawyers project (Islp) regroupe plus d’une centaine de cabinets internationaux qui ont de l’expérience et de l’expertise dans le secteur et mettent en place un dispositif de service ‘’pro bono’’ pour le bien public dans lequel l’Etat du Sénégal n’aura presque pas à bourse délier.

Jean Pierre MALOU

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*