Retrait des pays africains de la CPI : le Nigeria contredit l’Union africaine

Le Nigeria insiste, il restera membre de la Cour pénale internationale (CPI). Le porte-parole du ministère nigérian des Affaires étrangères a réaffirmé la position de son pays, après un plan de sortie collective évoqué par l’Union africaine.  

La question d’un retrait des pays africains de la Cour pénale internationale continue de diviser le continent. Le Nigeria, pays totalement opposé à cette idée, s’est inscrit en porte-à-faux avec l’Union africaine qui encourage un départ collectif des pays africains de la Cour.

Mercredi, Clément Aduku, un porte-parole du ministère nigérian des Affaires étrangères a réaffirmé la position de son pays et rappelé que Abuja n’avait d’ailleurs pas donné ses faveurs au plaidoyer de l’Union africaine.

Puis de préciser que tout comme l’adhésion à la Cour se fait par pays, la décision d’un retrait ou non de la Cour est elle aussi souveraine. Si « chaque pays veut se retirer, il a le droit de le faire individuellement », a déclaré le porte-parole.

Lors du 28e sommet des chefs d’État de l’Union africaine, le maintien ou non dans la CPI des États membres de l’UA avait animé les débats, même si aucune décision concrète n’a été adoptée. La question est toujours à l’étude, mais l’Union africaine sait plus ou moins à quoi s’attendre en ce qui concerne le Nigeria, le Botswana, la Côte d’Ivoire ou encore la Zambie : ces pays refusent de quitter la Cour.

Quant à l’Afrique du Sud, le Burundi et la Gambie, ils ont déjà amorcé leur retrait de l’institution, même si le nouveau président gambien, Adama Barrow a promis de revenir sur la décision de son prédécesseur Yahya Jammeh.

Africanews

http://africa24monde.com/actualite/view/retrait-des-pays-africains-de-la-cpi-le-nigeria-contredit-l-union-africaine.html

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*