Révélations du colonel Ndaw : Augustin tine promet des sanctions

Jusqu’ici, les autorités étaient restées aphones. Ministre des Forces armées, Augustin Tine promet que l’Etat va situer les responsabilités dans cette affaire qui plonge la Gendarmerie nationale dans un profond malaise.

L’affaire est aussi grosse que la polémique qu’elle a provoquée dans les rangs de la gendarmerie. Les révélations du colonel Abdoulaye Aziz Ndaw commencent à sortir les autorités de leur prudente réserve.

Augustin Tine, ministre des Forces armées, donne une autre tonalité à cette affaire qui peint certains gendarmes sous les traits de «corrompus et de magouilleurs».

D’emblée, il affiche sa surprise et son embarras après la publication de ces deux brûlots de l’ex-Haut commandant adjoint de la Gendarmerie nationale.

Il dit : «Ce fut une grande surprise quand j’ai entendu les journaux relater ces révélations. Beaucoup de gens m’ont appelé chez moi en me disant : ‘’ Il ne faut pas se décourager. Vous faîtes du bon travail parce que la gendarmerie est un corps d’élite très respecté et qui fait notre fierté’’.»

Ce passage de son discours, tenu en wolof, ne dévoile pas les attentes légitimes de certains citoyens qui demandent l’éclaircissement de ce scandale qui met en scène un ancien Haut commandant de la gendarmerie et directeur de la Justice militaire et ambassadeur en fonction à Lisbonne. Car le colonel Ndaw met en cause le général Fall et son unité de connexions dans ce dossier.

En écho, Augustin Tine  répond : «Il doit sans doute savoir ce qu’il a écrit. C’est un colonel qui a fait des études poussées. Il a aussi mesuré les conséquences parce qu’il connaît très bien le fonctionnement de l’Armée». «De toute façon, on prendra les mesures idoines. On ne sait pas si c’est vrai ou non. Toujours est-il qu’il y aura de lourdes conséquences parce que nous sommes peinés par ces écrits», ajoute le ministre des Forces armées dans une interview accordée à Tfm. 

Cette sortie de Augustin Tine laisse entrevoir la nécessité de prendre des sanctions pour ramener la sérénité dans les rangs de la gendarmerie embarrassée par la publication de deux livres sur ses secrets de famille. A tort ou à raison ? Les décisions prises dans le futur permettront de savoir où se cache la vérité en attendant la réaction officielle des mis en cause qui restent encore silencieux. Va-t-il être un paria à l’image du commissaire Keïta radié pour avoir dénoncé l’existence de liens obscurs entre l’ex Dgpn et les narcotrafiquants ? 

Dans ces deux livres, La mise à mort d’un officier et Pour l’honneur de la gendarmerie, Aziz Ndaw a mis à nu la face obscure de certains pandores. Les deux livres de l’attaché militaire à l’ambassade du Sénégal à Rome sont noirs de révélations fracassantes. Au-delà de Abdoulaye Fall, il épingle également d’autres officiers qui entretiendraient un business lucratif du haut de leur poste de commandement.

De l’affaire Youssou Guèye en passant par les marchés d’équipement de la gendarmerie jusqu’à l’affaire du coup d’Etat de minuit, colonel Ndaw a fait apparaître de terribles secrets qui donnent une autre image de la gendarmerie. Il a montré que ce corps d’élite, longtemps resté à la lisière de la mauvaise réputation, a aussi un côté sombre. 

Écrit par Bocar SAKHO

bsakho@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*